Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 15:42

Depuis la rentrée, il y a une nouvelle politique dans l'école. le "chacun pour sa gueule à la récré". Jusqu'à maintenant, tous les profs de l'école (ou presque) descendaient dans la cour pendant la récré pour boire thé, café, papoter, médire, se plaindre... C'était pas l'éclate, mais ce moment convivial permettait une vraie coupure avec les cours... Bien-sûr; il y avait un maître de service, mais il ne servait qu'à mettre son nom sur les déclarations d'accidents.
La politique du "chacun pour sa gueule à la récré" n'est peut-être que provisoire. En effet, depuis 15 jours des travaux de malade se déroulent dans la rue. Si l'ampleur du chantier est proportionnelle au bruit qu'ils font, je m'attends chaque matin à voir une écluse à péniche ou une portion d'autoroutre devant l'école. Pour l'instant, je ne vois aucun changement. Bref, toujours est-il que dès qu'on peut éviter  d'exposer nos sensibles noreilles aux tonnerres des pelteuses et autres brailleries des ouvriers, on saute sur l'occasion. Ainsi le maître de service se retrouve seul dans la cour.

Quand c'est mon tour, je regarde le match de foot des CM2... Il y a un niveau correct et je vibre plus debout dans la cour que vautré sur mon sofa devant un match de l'équipe de France. J'ai remarqué aussi que les gamins se laissaient aller à quelques  grossièretés sur le terrain. Où ont-ils bien pu entendre tout ça ? ....Note pour plus tard : penser  à écrire à TF1 pour qu'ils évitent de laisser les micros d'ambiance prêt du banc français. En plus des insultes en serbe ou en autrichien, ça sonne bien aussi.

Aujourd'hui, je décide d'être intraitable et je tends l'oreille pour percevoir, par delà le cri des engins de la rue, les voix des mômes qui beuglent.
Ni une ni deux :

Joris (à Nicolas qui fait le mur un peu trop près du ballon) : Espèce d'enculé !!!
Moi (dans un mauvais reflexe): JORIS.... tu veux répéter ce que tu viens... Nooooonn !!!
Joris : Quoi ?
Moi : Je t'ai entendu. Tu sors du terrain et on s'expliquera en classe quand il y aura moins de bruit.
Joris (réellement surpris) : Pourquoi ?
Nicolas (pareil) : Qu'est-ce-qu'il a fait ?
Moi : Ben tu dois le savoir.... c'est à toi qu'il l'a dit.
Joris : Keskegédi ???
Nicolas : Keskiladi ??
Moi : ....
Moi (de moins en moins sûr) : Ben... des gros mots ... Non ?
Joris : Nan ! Je lui est dit de reculer... il était trop près pour le coup franc.
Nicolas : Ben oui.
Moi : Ah.
Joris : Vous aviez compris quoi ?
Moi (lançant le ballon sur le terrain) : Allez, ça joue.

Un peu plus tard, toujours attentif, je saute sur Ludovic qui venait de dire " Ta mère, c'est qu'une grosse pute !!". Après des explications, il me dit qu'il a dit :" T'as marqué un beau but"....

Encore plus tard, je crois entendre  " Tu peux te toucher le clitoris"... J'analyse le contexte sportif avant d'intervenir et j'en conclue qu'il disait : Y'a touche, elle est sortie"...

La fin de la récré, je tape dans mes mains. Les élèves se rangent. Mes Cm se collent devant moi avec Lisa au premier rang.

Moi (d'un ton fraternel, parce que je suis dans un bon jour):  En piste les artistes
Lisa : HANNNN !! Vous avez dit un gros mot, maître !!!

Repost 0
Published by Walter - dans En classe
commenter cet article
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 15:50

A l'occasion de la sortie du film Indiana Jones et le royaume des crânes de cristal, un petit article sur le sujet s'impose.

Voilà donc que Steven Spielberg en remet une couche. Cela dit ce n'est pas pour me déplaire. J'ai largement apprécié la trilogie de départ... lors de sa sortie (ou quelques mois après, à la télé). J'avoue avoir été déçu par la redécouverte des 2 premiers volets lors de leur rediffusion récemment (aurais-je mûri ?) mais j'admets que  « La dernière croisade » reste pour moi un très bon divertissement... Sean Conery y est pour beaucoup.

Ce préambule est l'introduction d'une anecdote scolaire. J'espère avoir attiré ainsi, des cinéphiles ou des aventuriers tout simplement. Pour les retenir, mon anecdote va rester dans le thème allèchant de l'aventure...

La semaine dernière, lors d'un des deux jours pendant lesquels j'ai travaillé... (c'est malin... j'ai déjà perdu tout mes cinéphiles non profs qui n'ont pas accepter la taquinnade... tant pis, continuons sans eux...)... Bref, nous étions dans l'école maternelle (batîment jouxtant l'école élémentaire) en train de nous repaître entre collègues. Soudain, alors que Charlotte (la maîtresse des petits... trop sympa...) était en train de nous expliquer les effets malsains de l'abus de laitages sur nos petits organismes si fragiles (...mais trop bio, aussi), Ghislaine (l'ATSEM... je ne sais plus ce que ça veut dire)  acourut essouflée en criant :

"ASSAIRE PAN... ASSAIRE PAN"

Je n'eus même  pas le temps de décoder le message que Charlotte et Madame Lafeuille étaient déjà debout sur leur chaise. Et Madame Lafeuille de crier : "Où ça un serpent, où ça ?". Et moi, venant de décoder le message, grimpant sur ma chaise.

Ghislaine : Ben dans la cour.
Nous trois (descendant de nos chaises respectives) : Ah bon ! Ben, c'est pas grave.
Ghislaine (lucide) : Et les enfants !!!  Ils arrivent dans un quart d'heure.

Nous voilà donc dans la cour. Monsieur Janti (vrai instituteur qui habite au-dessus de l'école) nous annonce que c'est son lot quotidien...enfin hebdo..mensuel...enfin ça lui est déjà arrivé de devoir chasser des couleuvres (insiste-t-il pour jouer les connaisseurs) de la cour. Il  a été appelé à la rescousse... et porte pour toute arme... un balai. Il approche le balai de la bête pour l'éloigner, mais contre toute attente de sa part, celle-ci attaque le balai d'un geste vif qui nous surprend tous.

Monsieur Janti : Vous me l'avez énervée, c'est malin. D'habitude c'est plus facile. On va placer au plan B. Walter, va me chercher la grosse boîte en carton qui est dans ma classe à côté de l'élevage de phasmes.

Je ne pensais pas faire parti du plan B. Ce n'est pas dans mon contrat.... pourtant, l'idée était que je devais lancer la boîte sur la couleuvre pendant que Monsieur Janti, à distance de manche à balai, devait l'occuper. Mon collègue m'avait donc choisit pour mes capacités motrices et mon habileté motrice fine en situation extrème. Je ne voulais pas le décevoir et c'est ainsi que son plan B s'est déroulé sans accroc ("J'adore quand un plan se déroule sans accrocs" ).

Ensuite, le cantonier est arrivé. On a à peine eut le temps de raconter nos exploits qu'il avait déjà coller la couleuvre dans un sac de toile. (Il avait soulevé la boîte, compressé la tête de la bête sous un balai, empoigné le bestiau à main nue puis l'avait enfourné dans ce sac). Il jeta nonchalament le sac sur son épaule et dit :

"Bon, j'la ramène dans l'boué !
Charlotte : Où ça ??
Monsieur Janti (articulant) : Dans le bois.

La suite est à lire avec la musique d' Indiana Jones ... Tatatatin tatatin...


Une demie heure plus tard dans la classe :

Adrien : Maître, c'est vrai que vous avez attrapé un serpent ??
Moi  : Un serpent !!!! Noooon, c'était seulement... (soudain perdant tout dissernement)... un boa constrictor.
Les gamins (bouches, yeux, oreilles, tout ouvert) : ...
Moi : Il était midi et demie, j'étais dans le hall de la maternelle, je sculptais un morceau de bois grâce à mon canif Casino... vous savez celui qui sert à partager les p****** de brioches au Nutella pour vos anniversaires ( Pour + de détails... voir ici)... quand soudain j'entends le cri perçant d'une jeune demoiselle en détresse.... Je lève mon chapeau qui me tombait sur le front d'un geste de l'index et aperçoit La Maman de Jordan... vous savez la jolie maman de Jordan...en CP ...
Les mômes : ....
Jérôme : Elle est trop vieille, elle a au moins 30 ans...
Moi : Bref, je la vois à moitié nue, se débattre avec ce que je prenais au début pour un énorme tuyau d'arrosage. En m'approchant, je m'aperçois que c'est en fait le fameux....
Les gosses : BOA CONSTRICTOR !!!!!
Moi : Ni une ni deux, je rentre la lame trop émoussée de mon canif... pour en sortir le tire bouchon.  Je me précipite vers la porte quand soudain je percute un bidule qui pendouillait au plafond ( un cadeau de la fête des mères des grandes sections qui était en train de sècher). Le choc me fait perdre mon chapeau... mais je suis déjà dehors. Je me retourne et vois la porte qui se referme sous l'action d'un courant d'air. J'ai juste le temps de passer mon bras et récupérer mon chapeau fétiche avant que la porte ne claque, brisant la vitre du haut. Je traverse la cour à grandes emjambées... j'arrive vers le boa, je suis complétement essouflé... alors je  me dirige vers les lavabos pour me désaltérer. Le temps que je revienne, le boa constrictor avait commencé à etouffer sa proie. La Maman (à demie nue... on ne sait pourquoi) prend une teinte bleuâtre sur tout le corps (enfin tout ce qui était visible en tout cas)...
Je me jette alors sur le monstre et lui plante le tire bouchon dans l'oeil. Je tourne, tourne, tourne encore et encore.... Ensuite je place mes pieds sur la tête du serpent aveuglé juste à côté du tire bouchon. Prenant appui ainsi, je tire de toutes mes forces et ... POP... l'oeil sort de son orbite. Le boa désserre alors son étreinte et fuit à toutes jambes  jusque dans le bois qui borde le village...

Et pour conclure, je vais vous avouer que j'ai peur.... Oui j'ai peur car avant de prendre la fuite, j'ai pu lire dans le dernier oeil valide du serpent une rancoeur intarrissable... comme un air de " I'll be back" .... Vous comprenez les enfants... je sens qu'il va y avoir un 2...

Tatatatin tatatin


 

Repost 0
Published by Walter - dans En classe
commenter cet article
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 17:27

Je commence mon article par un petit coup de gueule.
La veille de la grève, j'entendais une journaliste râleuse d'Europe1 (je ne connais pas son nom mais râleuse c'est très bien), qui disait que Oui tout ça tout ça...  les enseignants prennent les élèves en otage... il reste le trimestre le plus important et ils font la grève....blabla.... Bon d'accord, elle devait s'adresser aux profs des lycéens passant le bac... parce que les autres ne servent à rien.

Mon coup de gueule, c'est : D'accord, je veux bien faire travailler mes CM2 jusqu'au 2 ou 3 juillet (je ne sais plus) 16h30... Mais l'éducation Nationale ne me facilite pas la tâche quand il me demande de faire signer aux parents la décision du conseil des maîtres concernant la poursuite de scolarité de leurs enfants.... avant le 19 Mai....


En clair, les gosses savent s'ils passent ou non, presque un moi et demi avant la fin de l'année.
On a beau dire avec des grands gestes et des gros yeux ronds et des sourcils froncés  : "Attention, attention... on peut très bien revenir sur cette décision si les résultats du dernier trimestre sont mauvais..." On sait qu'on parle à des CM2 et que ce discours, on leur sert depuis 5 ans (ou plus).
Ceux qui passent, restent en roue libre jusqu'aux vacances : "Trennquille...je passe..."
Ceux qui redoublent, restent en roue libre jusqu'aux vacances : "Treenquille...je redouble..." 

Quand la décision de redoublement est annoncée aux parents , voici le genre de réunion que l'on se coltine :

Moi : Bonjour Monsieur, bonjour Madame.
Le Papa de Jéromine : Jour...
La Maman de Jéromine : ...
Moi : Alors... vous vous opposez au maintien de Jéromine en Cm2...
Le Papa de Jéromine : Naan...je veux pas qu'elle redouble, c'est tout.
Moi : Oui... c'est ça. Vous savez, on en a déjà parlé au cours de l'année... Vous paraissiez accepter cette décision si les résultats de Jéromine ne s'amélioraient pas et...
Le Papa de Jéromine : Naan...je veux pas qu'elle redouble, c'est tout.
Moi : Oui, mais la 6ème vous savez....
Le Papa de Jéromine : Ouii, elle va en 6ème.
Moi : Ca va être difficile en 6ème, ici elle ne perdra pas son temps. Ellle reverra le programme de CM2 et de Cm1 et de CE...
Le Papa de Jéromine : Naan...je veux pas qu'elle redouble.
Moi : Ce n'est pas dans son intérêt de la faire passer....
Le Papa de Jéromine : Elle redoublera l'année prochaine.
Moi : Ca fait 5 ans que vous dites ça, Monsieur...

Je vous épargne la suite tout aussi stérile de ma liste d'arguments (un peu bateaux je l'avoue...mais je suis jeune...merde).

Voici maintenant la tournure que Supermoi aurait fait prendre à la conversation.

SuperMoi : Pour être franc, elle est complètement à la rue Jéromine.
Le Papa de Jéromine : Naan, elle est dans la cour, elle attend.
SuperMoi : Je veux dire qu'elle est archi nulle en classe. Ce n'est pas très valorisant pour elle. Elle subit les moqueries de ses camarades....
Le Papa de Jéromine : C'EST KIKI S'MOQUE DE MA FILLE ???
SuperMoi : Tout le monde, même moi  et mes collègues, on se bidonne pendant les récrés à lire les cahiers de votre fille. J'ai un ami qui tient un blog de perles scolaires... Chaque semaine c'est Jéromine qui gagne. C'est une idole dans la blogosphere.
Le Papa de Jéromine : La blogokoi ???
SuperMoi : Et vous Madame, qu'en pensez vous ?
Le Papa de Jéromine : Elle en pense rien, elle.
SuperMoi : Ah, on progresse, je sais au moins de qui tient Jéromine...
Le Papa de Jéromine : ....
SuperMoi : Cela dit, monsieur, le menton c'est tout à fait vous.... Bon, trève de plaisanteries... comme vous l'ont sans doute proposé mes collègues les années précédentes, il serait bien pour votre fille d'aller consulter quelqu'un qui pourrait l'aider dans son travail et dans ...sa tête.
Le Papa de Jéromine : Je comprends pas ...
SuperMoi : Vous ne comprenez pas quel mot ? Précédentes ou consulter ?
Le Papa de Jéromine : Ma fille va très bien, elle va pas voir de psy...
SuperMoi : Oh, Monsieur, tout de suite les grands mots.... Qui a parlé de psy ? Moi ? non.... Je parlais d'un.... spécialiste.
Le Papa de Jéromine : ....
SuperMoi : ...

J'abandonne... même SuperMoi ne peut rien contre autant d'entêtement.
Pour être plus sérieux, j'avoue qu'il doit être très difficile d'accepter les difficultés (voire les déficiences) de son enfant. Heureusement, certains parents ouvrent les yeux à temps pour orienter le môme dans le bon secteur (même si  les choix restent limités).

Repost 0
Published by Walter - dans En classe
commenter cet article
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 14:53

Je suis tout euphorique en ce début de post car je viens de trouver sur le net, exactement l'image que je voulais pour illustrer cet article. Comme quoi l'euphorie ça tient à pas grand chose... une image de parapluie grenouille (vous comprendrez plus tard... )

Commençons par le commencement Monsieur Lapalisse. J'imagine que pour la plupart des profs blogueurs qui  n'ont dans leurs favoris que des blogs de prof... c'est seulement le 16ème post concernant la grève que vous lirez aujourd'hui.

Ayant promis un petit quelque chose pour aujourd'hui dans l'article d'hier, j'avais grave la pression. N'ayant pas d'anecdote en stock, pas envie de me souvenirs d'anciennes, pas envie d'inventer (ça m'arrive... je triche)... il ne me restait plus que la manifestation de ce matin qui me donnerait un peu de matière pour écrire quelque chose. Je brode pas mal, là. Vous vous dites : "Vu comment il nous mène en bateau, il ne s'est rien passé de transcendant à cette manif...".

A 11h15, place Bellecour à Lyon devant l'office du tourisme (car l'office du tourisme c'est mieux, parce que tout le monde se dit vers la statue de Louis XIV... et personne se retrouve parce qu'il y a trop de monde, oui mais tout le monde se dit que tout le monde se dit, alors au final il n'y a pas un chat sous la statue et Louis fait la gueule sur son cheval...). Je suis seul sous la pluie (tient c'est pas une chanson de David Charvey ?) et j'attends mes collègues, mes "chers" collègues. Mes vrais potes ne sont pas grévistes et une manif c'est comme les concerts...tout seul ça craint (hein Zeste De Filles...). A ce moment là, comme vous je me dit que la platitude de l'ambiance n'est pas génératrice d'un post qui vaille le coup.

Et c'est Madame Lafeuille qui crée la surprise. Elle, si réservée, si effacée, si menue... arrive avec le même parapluie-grenouille que la photo en grande pompe avec un  sourire égale à celui de la grenouille. Dans un premier temps je cherche une cachette ( mais contrairement au cheval de Louis XIV derrière la queue touffue duquel on peut aisément se cacher, l'office du tourisme lui n'offre aucun mode d'évasion...). Madame Lafeuille me fait la bise (grande première), je ne m'y attendais pas... Heureusement Monsieur Janti arrive et me tire de l'embaras... En effet notre attention se porte alors sur lui... Il a un ciré jaune jaune jaune (ce n'est pas une faute de frappe, c'est vraiment la couleur)  et des inscriptions revendicatrices taguées à même le ciré.

Je n'en reviens pas... Mes collègues si planplans... se transforment littéralement lors des mouvements de grève. J'avais déjà eu une ébauche (  SO-LI-DA-RI-TE) mais je ne m'attendais pas à un tel  choc.

J'imagine alors l'arrivée de Madame Dubail, ma chère directrice... Va-t-elle débarquer en monocycle jonglant avec ses cahiers du jour, en échasses où avec un porte voix en train de scander des slogans salasses... Peut-être est-elle déjà là et je ne l'ai pas reconnue... Je cherche, me retourne et la vois enfin... Elle n'a pas l'air changé... le même air morose (voire un tantinet énervée).

Ca y est, de plus près le changement saute aux yeux... Son bel imper blanc, son éternel imperméable blanc... semble rougeâtre. Un peu plus près encore, il semble mouillé et rougeâtre... Et maintenant, sous mes yeux, j'ai la confirmation du petit délire que je me faisais dans ma tête en la voyant arriver... cette petite pensée qui faisait naître un sourire sur mon visage ruisselant: Madame Dubail s'est carrément vautrée sur la place Bellecour... Pour les non-lyonnais, la place Bellecour est recouverte d'une couche de sable rougeâtre (un peu comme les terrains stabilisés de foot). Quand il pleut, le sol se transforme presque en boue....

Madame Dubail, dépitée, nous raconte sa mésaventure. Je la fait à ma façon : alors qu'elle slalomait entre les parapluies pour rejoindre le gros de la troupe (nous)... le Kangoo bleu de la CGT a fait une petite manoeuvre qui a provoqué un mouvement de foule. Madame Dubail s'est donc retrouvée à plat ventre dans cette matière que j'ai décris plus haut. Je fais un appel à témoin. Vous, les quelques grévistes de Lyon, vers qui ma chère directrice s 'est étalée... Avez-vous des photos, des vidéos... J'achète ça très cher.

J'ai donc passé une très bonne manif... avec en prime la découverte inattendue de 2 de mes collègues et la cabriole de ma chère directrice. Que demande le peuple ??? Plus de postes, pas de nouveaux programmes, la retraite... Ah oui, c'est vrai.

 

Repost 0
Published by Walter - dans En classe
commenter cet article
7 mai 2008 3 07 /05 /mai /2008 07:32

Quel titre de folie... Ca promet un article endiablé. Il y a peu encore, le nom de Nana Mouskouri provoquait des émeutes... que dis-je.... des raz de marée humaine...

Maintenant...elle tombe peu à peu dans l'oubli. Elle a loupé le coche de la révolution numérique et ses 33 et 45 tours ne se vendent plus que sur
E-bay (et pas bien cher en plus) ou dans les vides-greniers.

Mais la chorale du village dans lequel j'officie, a décidé de mettre Nana à l'honneur lors de son spectacle anniversaire. Non contents de se payer la honte, seuls sur la place du village...ils ont voulu entraîner ma classe d'innoncents CM2 dans leur chute.

A l'annonce du verdict, en conseil des maîtres, j'ai refusé aussi sec, prétextant une ignorance totale de la chanson, une corde vocale abîmée de naissance (ça c'est Nana, je viens de le voir sur
wikipédia)... Mais c'était sans compter sur Murielle, notre intervenante musique...

Murielle (très complice) : Non, vas-y accepte, on va bien se marrer.

C'est vrai que je n'avais pas vu ce côté là de la chose. Ca m'a rappelé que ça faisait à peu près 28 ans que je me marrais à propos de Nana. Quand j'étais môme, c'était son nom qui me faisait rire... Nana... hahahaha ... Mouskouri  .... HAHAHAHHAHA... (En fait c'est Johana...merci Wikipédia). Ensuite, ado, c'est son image qui me faisait me bidonner (la coupe, les lunnettes...tout), puis ses chansons... Maintenant encore je rifougne quand on évoque Nana...  C'est vil.

Pour vous mettre dans l'ambiance voici pour vous :




Vous noterez
- le public qui se déchaîne quand il reconnait la chanson.
- la joie du batteur.... qui ne s'ennuie pas
- la robe de Nana... un coup de couteau dans le ventre et dans les jambes
- Y'a un truc qui tombe dans le studio à 3min08
-Y'a un type qui tousse à 3min11... peut-être le type qui a fait tomber un truc.


Première séance de musique sur le thème... Avec Murielle, on se disait que les gamins ne connaissaient pas Nana Mouskouri... qu'ils n'avaient pas cet apport culturel qui fait que chaque français (et grecque aussi) sourit intérieurement à la simple évocation de ce nom.

Et bien...
c'est pas culturel... c'est inné. Tout le monde rigole quand on dit :
"On va apprendre une chanson de Nana Mouskouri"

On attend que ça se calme... Murielle qui chante super bien... commence à chanter "L'enfant au tambour" (RRRRapapam)... 2ème effet Nana Mouskouri... Les gamins se fendent la poire à nouveau. Quelle société pourrie. Déjà à 10 ans, les mômes sont de vrais juris de La nouvelle star...

Et voici le 3ème effet Nana Mouskouri (mieux que Kisskool) :
On en était au 2ème couplet ...Le tambour des soldats, parum pum pum pum Alors, je vais au ciel....
Soudain, un bruit hyper désagréable (vous allez comprendre pourquoi) retentit... en même temps qu'un jet venu du groupe d'enfant jaillit pour mourir à nos pieds (à Murielle et moi)... Le temps de comprendre que c'était du vomis et tout le monde était déjà dehors... sauf Simon (surnommé Vomito depuis ce jour) et moi-même.

Heureusement, ce n'était que la salle polyvalente et pas la classe. Le riz à la sauce tomate (aaaah !!! D'où le titre...) à moitié digéré embaumait la salle. Le pauvre Simon était surpris par la violence de l'acte et il n'osait plus bouger... Son pull, son pantalon de velours (ça absorbe bien le velours...j'ai pensé nettoyer avec ça), ses chaussettes (on doit être sans chaussure dans cette salle) étaient couvert de riz...

Elle avait raison Murielle...on a beaucoup riz quand même.




Repost 0
Published by Walter - dans En classe
commenter cet article
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 17:08

Madame Lafeuille... vous savez ma collègue un peu complétement coincée (en tout cas, ça vaut la peine de cliquer sur le lien... vous verrez, c'est court... et ça vous mettra dans le bain de ce post là).

Conseils des maîtres... ça fait un peu Starwars... mais c'est juste une espèce de réunion pendant laquelle rien est dit mais on fait des heures...

Conseil des maîtres, il est 17h45.
Madame Lafeuille : Bon, il faut que j'y aille, je suis désolée...

D'un même oeil, tout le monde regarde l'horloge accrochée au dessus de notre Chère Directrice (ce qui lui fait une espèce d'auréole...). On doit encore rien faire jusqu'à 18h... et c'est la 1ère fois de sa carrière que Madame Lafeuille quitte une réunion avant l'heure. Imaginez la tête des soldats romains, si Jésus sur la croix avait dit un peu avant quinze heure : "Bon, il faut que j'y aille, je suis désolé". De même que Jésus, si Madame Lafeuille avait de l'humour, ce serait un bon gag. En tout cas, la tête des romains aurait été la même que la nôtre à ce moment là.

Alors je me suis imaginé la raison pour laquelle, ma collègue nous avait quitté plus tôt ce jour là... et mon imagination est restait dans le thème de mon dernier post à ce sujet...ALORS IL FAUT LE LIRE...ICI.

J'ai imaginé que nos deux tourtereaux s'étaient recontactés... et qu'après quelque semaines de "relation", la magie de Meetic ayant agit...

Recto-Verso a dit : On devrait se rencontrer, tu crois pas ??
Grosses-Baloches-Du-52 a dit : Ouais, pourquoi pas...
Recto-Verso a dit : On se connait presque par coeur...bon, a part à quoi on ressemble.
Grosses-Baloches-Du-52 a dit : Ouais, mon logiciel photo est planté.
Recto-Verso a dit : Et moi, j'ai pas d'appareil numérique... ni de  scanner...

Walter dit : "Bande de menteurs"

Grosses-Baloches-Du-52 a dit : Comment on se reconnaîtra ?
Recto-Verso a dit : Avec un signe de reconnaissance... comme dans Harlequin.
Grosses-Baloches-Du-52 a dit : Jamais vu.
Recto-Verso a dit : Moi je lirai un Bescherelle en t'attendant (voir photo).
Grosses-Baloches-Du-52 a dit : Moi je mettrai un débardeur...tu pourras pas me louper, j'ai une bite tatouer sur le bras.
Recto-Verso a dit : Mmmmmm, j'adore les marins.
Grosses-Baloches-Du-52 a dit : ....

Et voici la rencontre dans un bar...

Madame Lafeuille : Bonjour, vous êtes Grosses-Baloches-Du-52 ?
Le Gars : Ouais, t'es Recto-Verso ?
Madame Lafeuille (toute timide) : Oui
Le Gars (déçu quand même): T'es sûre que c'est toi?
Madame Lafeuille : ....
Le Gars : Laisse tomber... Tu m'as reconnu grâce à ma bite...enfin mon tatouage ?
Madame Lafeuille (Cramoisie) : Oui... je croyais quand même que c'était une bite d'amarrage.
Le Gars : Si tu veux, j'en ai une autre où tu pourras t'amarrer quand tu veux.
Madame Lafeuille (naïve ou sourde) : C'est vrai que j'adore me marrer.
Le Gars : T'as l'air d'une sacrée délurée.
Madame Lafeuille : Oui...mes collègues me disent toujours..."Madame Lafeuille, t'es trop fofolle."
Le Gars : Dis moi, il vient d'où ton pseudo Recto-Verso ? Après je te dirai le secret du mien.
Madame Lafeuille : C'est parce que quand j'écris au tableau, je sais ce qu'il se passe dans mon dos... Je suis un peu double face...hahahahaha
Le Gars : Hahaha... Double face...ça me plaît... On peut t'utiliser des 2 côtés...comme les éponges.
Madame Lafeuille (sensible au compliment) : ...oui... une éponge...hahaha...merci.
Le Gars : Tu me plaîs toi. Je regrette pas  d'avoir accepté la rencontre. Heureusement que tu m'as pas envoyé de photo.
Madame Lafeuille (qui relève pas ce compliment là) : Et vous...il vient d'où votre pseudo ?

J'interromps là cette conversation hautement romantique... mais je sens qu'elle prend une tournure que je ne pourrais pas contrôler... et en plus mon blog n'est pas répertorié Blog Adulte... et il se peut qu'il y ait des âmes sensibles et non averties qui s'y promènent.
Repost 0
Published by Walter - dans En classe
commenter cet article
4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 08:59

L'autre jour, Mme Dubail, ma chère directrice était absente. Dans ces cas là, les remplaçants n'étant pas compétents pour répondre au téléphone, on le met dans ma classe (pour des questions de câblages) et je passe une très bonne journée.

7H50 (les élèves n'arrivent qu'à 8H20... mais quand même, je suis là). DRIIIIING  DRIIIING
Moi : Ecole élémentaire de Montfleury, bonjour.
La Nana : Ah enfin... j'ai déjà essayé d'appeler, il n'y avait personne...
SuperMoi : Désolé Madame, j'avais dû m'endormir sur mon bureau pendant la nuit et je n'ai pas entendu.... Oui, je confirme, j'ai un exercice sur les pronoms possessifs tatoué sur la joue et j'ai couvert de bave le cahier du jour de Romain.
Moi : Ah... et vous voulez quoi ?
La Nana : C'est pour signaler que Pauline de CE1 ne viendra pas à l'école. Je ne sais pas ce qu'elle m'a fait...elle a vomis toute la nuit.
Docteur Moi : Elle est peut-être malade.
La Nana : Au milieu de la nuit, elle a vomi une première fois.... là j'ai clairement reconnu le repas de hier soir... spaghettis bolognaise... il y en avait des entiers...elle ne mâche pas assez , cette gamine....et puis après plus elle vomissait moins c'était identifiable jusqu'à ce que ce soit seulement e la bile... et puis...
Moi : D'accord, j'informe sa maîtresse.
La Nana : Et puis après quand on n'a plus rien à vomir...  ça fait un bruit terrible...vous savez.... comme la cafetière quand il n'y a plus d'eau...
Moi : Très bien, je dirai tout à la maîtresse... (un sourire sur les lèvres) ...comptez sur moi.

8H45 (les gamins sont là, on a commencé notre travail) DRIIIING DRIIING
Moi : Ecole de Montfleury, bonjour.
Le Mec : Oui bonjour, je suis bien au standard de la fête de la forêt ? Je voudrais réserver un stand pour l'entreprise Bûcheron ensemble...
Supermoi : Attendez, je recommence depuis le début... plus fort.... ECOLE DE MONTFLEURY, BONJOUR.
Moi : Non, vous avez fait une erreur.
Le Mec : Ah, excusez moi. Au revoir.
Moi : Au revoir.

8H47 DRIIING DRIIING DRIIING
Moi : Ecole de Montfleury.
Le Même Mec : Ah...mince alors...c'est encore moi. C'est quoi le numéro de l'école ???
Moi : Euh...c'est le 04 74 ** ** **...
Le Même Mec : Et ben, ils se sont trompé sur l'affiche... Ils ont mis votre numéro... Attendez  vous à avoir pas mal d'appels erronés.
Moi : Cool, trop cool... vraiment super. Au revoir.


En effet, entre 9h et 10h15... 4 ou 5 appels du style :
Moi :Oui.
Les types : C'est pour la fête de l...
Moi : C'est une erreur... ils se sont planté sur votre affiche...alors ne réessayz pas d'appeler. Au revoir.

10H45 (en plein problème de maths avec Olivier...concentration maximale) DRIIING DRIIING
Moi : Allez Olive, c'est quoi le prix d'un stand pour la fête de la forêt ? ...Allo.
Olivier : ....
Le Gars : Oui, c'est pour la fête de la forêt...Je voudrais réserver...
Moi : Oui, une minute Monsieur, je suis occupé. Allez, Olivier, c'est pas compliqué c'est écrit dans l'énoncé.
Olivier : Ah oui, c'est 135 € pour la journée...
Moi : Voilà, c'est ça...135 € pour un stand à la journée...
Le Gars : 135 €...vous plaisantez...
Moi : Non c'est ça.
Le Gars : Ca a doublé par rapport à l'an passé.
Moi : C'est justement suite au succés de l'an drenier.
Le Gars : Je comptais prendre 2 emplacements...je n'en réserve qu'un.
Moi : Olivier... pour le week-end, ça fait combien??
Olivier : 2 X 135
Moi : Ok, tu poses l'opération...
Le gars : Ben ça fait 135 X 3
Moi : Ah non, monsieur, il n'y a que 2 jours.
Le Gars : C'est pas le Week End  de la Pentecôte ???
Moi : Ah non, c'est le week end du 17...
Le Gars : Bon ben laissez tomber. Au revoir.
Moi : Au revoir.

11H15 (au bord du craquage...et plus envie de faire des blagues) DRIIING  DRRRRIIINNG
Moi : Qui a fini son travail ?
Manon : MOOOOI.
Moi : Tu réponds au téléphone et tu dis que c'est un faux numéro.

2min plus tard.
Manon : Maître, c'est pour toi...
Moi : T'es sûr?...Oui allô.
La Nenette : Bonjour, c'est Madame l'Inspectrice...
Moi : ....
L'inspectrice : Les enfants répondent au téléphone dans votre classe ???
Moi : Oui...on fait expression orale...et  je voulais les mettre en situation.
L'inspectrice : Vraiment étrange... Vous me ferez penser à vous inspecter avant votre départ.
Moi : ....
L'inspectrice : Je plaisante bien sûr.
Moi : ... Ah..HAHAHAHAHAHAHA  HAAHAHAHAAHA  (reprennage de soufle) HAHAAHAHAHAHAHA  HAHHAHA
L'inspectrice : C'est bon... n'en faîttes pas trop ...Ce n'était pas si drôle.
Moi : Vous voulez quoi ?
L'inspectrice : M'assurer que la permanence téléphonique était assurée en l'absence de Mme Dubail.
Moi : ...
L'inspectrice : Au revoir.
Moi : ....


Pour conclure, à la fin de la journée, j'avais pris les réservations de 5 stands pour la fête de la forêt...du 17et 18 mai... Pour confimer la résa, les gens devaient appeler le 8 mai au numéro que je leur donnais ... celui de ma chère directrice.
Repost 0
Published by Walter - dans En classe
commenter cet article
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 07:08

Parfois avec mes CM2, on fait un peu d'Histoire... Les Louis, les dates, les Henri, les édits et les trahisons s'enchaînent et s'empilent dans leur cahier d'Histoire.

Ma méthode...ou plutôt la méthode qui m'a le plus plu parmi celles observées ou rencontrées (car je n'ai rien inventé),  la voici : pour chaque thème abordé, on recherche (selon différentes méthodes...mais je ne vais pas vous ennuyer avec la péda...), on collecte des infos, on se réfère à la frise, on trouve quelques annecdotes. Ensuite je  secoue les élèves  un par un comme des oranginas (en sport par exemple), tout se mélange dans leur petite tête. Je laisse reposer une nuit ou deux... et pour finir je leur demande d'écrire eux-mêmes le résumé qui figurera dans le cahier et qui sera leur référence pour apprendre leur leçon.

Les résultats sont variées. Ceux qui ont internet copient des articles entiers de wikipédia qu'ils ne comprennent pas (moi non plus). Ceux qui ont des parents leur pompent les quelques connaissances qu'il leur reste sur le sujet. Ceux qui n'ont ni internet ni parents (ou qui ne savent se servir ni de l'un ni de l'autre) me pondent des textes hilarants. Cette méthode n'a aucun intérêt pédagogique. On accroît les différences entre les gosses. L'unique  intérêt est pour le correcteur (moi)...elle lui fait passer un bon moment de correction (et c'est rare). Dans certains textes, les anecdotes prennent le pas sur  les vrais évènements, des personnages anachroniques se pointent  avec leurs gros sabots et le langage des gamins apporte un relief intéressant aux textes. De vrais chefs-d'oeuvres d'humour (j'attends déjà les commentaires genre : L'Histoire est subjective et les gamins ont le droit d'adapter BLABLABLA)

Bien-sûr pour finir, je leur donne un texte commun qui sera leur vraie leçon d'Histoire.

Bon, je vous ai bien saoulé. J'ai perdu au moins 2 tiers de mes lecteurs.... Alors voici la récompense des plus perséverants :  ce que peut donner un résumé d'élève sur les guerres de religions.
Peut-être que certains ne verront pas la différence avec la "vraie" Histoire, les caractères gras entre parenthèses vous remettront dans le bain.

Il y a longtemps en France, tout le monde était catholique, surtout le clergé et Clovis qui a commencé à être le premier catholique de la France. Et puis un jour, Martin Lutteur (Martin Luther) en avait mare du Pape qui gagnait trop d'argent tellement ils mettaient d'impôts sur le dos des pauvres. Le Pape faisait croire aux gens qu'ils devaient payer beaucoup d'argent pour aller au paradis... Alors Martin Lutteur, il a dit à Jean Kekchose (Jean Calvin) qu'il fallait plus être catholiques mais qu'il fallait être protestants contre les catholiques et surtout le Pape, et de toutes façons la vierge elle existe pas. Jean était d'accord et en plus il était français, alors il l'a dit aux français...et c'est pour ça qu'après c'est la guerre des religions.

Un peu plus tard, en 1572, Charles IX était avec sa mère, Catherine de Midi Six (Catherine de Médicis). Elle lui disait qu'il devait faire attention au complot que tramaient les protestant pour le tuer lui, le roi de France... Alors comme Charles n'écoutait pas... sa mère a essayer faire tuer son copain à Charles car il était protestant ( c'est plus compliqué que ça : selon certains historiens (qui restent très partagés) Catherine avait peur de l'influence de Coligny (le copain) sur Charles IX et qu'il l'entraine dans une guerre contre les Pays Bas et elle aurait commandité le meurtre de Coligny qui échoua). Alors d'un seul coup Charles IX il a craqué (c'était avant qu'il meurent en saignant du nez et des oreilles et des yeux), il a dit "Faut tous les tuer, même le dernier pour qu'ils me disent rien après ("Tuez les tous pour qu'il n'en reste pas un pour me le reprocher"). Il dit même aux mousquetaires qui sont catholiques de faire des croix sur les portes des protestant parce que les mousquetaires ils sont catholiques et en plus ils ont de la peinture chez eux. D'Artagnan, il jète Coligny par la fenêtre en premier (délire de gosse).

Alors après c'est le 28 août.. et c'est n'importe quoi. Les catholiques tuent les protestants. Y'en a même qui tuent des gens qu'ils aiment pas même si il est pas protestant quand même. Ils les tuent avec des épées et les jetent dans l'eau et les brûlent vivants et même s'ils sont pas protestants non plus. En tout, quelqu'un a compté qu'il y avait 6000 morts partout. Et ça sapelle le massacre de la St Barthélémy parce que Barthélémy c'est un saint qui n'aime pas le Pape non plus ( le 28 août est le jour de la St Barthélémy).

Henri IV est arrivé super tard après, en 1598 en cheval blanc et il a dit que c'était pas bien de tuer les autres et il a écrit un grand texte à Nantes vers l'océan. Dans le texte, il faut que les gens prient comme ils veulent, où ils veulent, comment ils veulent et tout. Alors on a dit c'est Lady de Nantes (l'édit de Nantes) et après c'est la fin de la guerre des religions.

Repost 0
Published by Walter - dans En classe
commenter cet article
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 17:06

Il était donc environ 13heures, quand l'incident majeur que j'avais entrepris de vous conter (il y a 2 posts) surgit. Cet événement n'est pas arrivé par la porte de service comme un cheveu sur la soupe. Non, il a pris le portail principal... La lumière était déjà sur son entrée depuis le début de la matinée. Inconsciemment nous l'attendions tous... nous sentions qu'il allait arriver quelque chose cet après-midi. Et je crois que personne n'a été surpris de voir que cet incident a fait son entrée par le biais du magicien lui-même.

Le Magicien (debout, beuglant au milieu du pique-nique) : ON M'A VOLE MON APPAREIL PHOTO NUMERIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIQUE !!!!!!!!!!!!!!
Un parent d'élève (discrètement mais pas tant que ça) : Il aura quand même fait disparaître quelque chose aujourd'hui.

Jusque là, l'humour était de bon ton... mais un rebondissemnt venant du magicien (il prend beaucoup de place celui-là) a jeté un voile obscur sur cette journée.

Le Magicien (beuglant toujours, le doigt tendu vers un gamin qui ouvrait de grands yeux) :  C'EST LUI, C'EST CE  GAMIN, C'EST LUI, C'EST LUI.

Bon, c'est bon, on a compris. "C'est qui ce môme, d'abord" hasardai-je, largement soulagé de ne pas reconnaître un de mes monstres. "C'est LOUIS... il l'a dit au moins 4 fois..." me fit justement remarqué un de mes monstres. Et moi pensant à haute voix "Ah, c'est LOUIS, c'est pas LUI...". Là je vous épargne le dialogue de sourd, genre "Mais si c'est Lui, c'est Louis"... "Oui mais c'est pas LUI.... c'est LOUIS...". Pour ce genre de quiproquo verbal, veuillez visionner la scène du dîner  de con, immortalisée par  Villeret et Huster.

Toujours est-il que mon soulagement dans cette affaire n'avait d'égal que l'embarras de mon pote confronté à une situation qui le plaçait entre un de ses élèves (des plus perturbateurs) et un père d'élève accusateur et déguisé en magicien (qui plus est). Une ambiance de tension s'était installée sur notre joyeux groupe. J'étais le seul qui semblait flotter dans une atmosphère légère et moelleuse qui me transportait. Oh mon dieu, comme j'étais content que ça ne m'arrive pas... Mon dieu, comme j'étais heureux. J'insiste... mais c'est important pour la suite.

Mon pote : Pourquoi vous êtes sûr que c'est Louis ? Vous l'avez vu ?
Le Magicien : C'est lui, j'en suis sûr... c'est toujours lui de toutes façons...depuis 5 ans que mon fils est dans sa classe, c'est lui...
Moi (sifflotant nonchalemment et shootant dans des caillou (chou, hibou, joujou, caillou) cailloux) : En tous cas, ce n'est pas dans notre classe que cela arriverait.
Mon pote : Alors Louis, c'est toi ou non ?
Louis : Nan, c'est pas moi. Ca m'énerve, c'est toujours moi qui prend dans cette classe.
Moi (assis sur une branche d'arbre et me limant les ongles) : Pauvre gamin, c'est pas bien de s'acharner sur lui.
Mon pote (prenant une décision) : Bon, Louis, montre nous ton sac.
Le Magicien : C'est ce qu'on aurait dû faire depuis longtemps.
Louis : Mais c'est pas moooooooooi !
Moi (faisant des ricochets au bord de la rivière) : C'est cool, pour une fois on aura des trucs à dire sur le site de l'école à propos d'une sortie.

Audrey (une de mes élèves, discrètement à mon attention) : Maître, c'est Lucas qui a volé l'appareil.
Moi (retombant sur terre ou plutôt m'écrasant) : Qui ? Lucas, c'est qui ?
Ce nom m'évoquait vaguement quelque chose de familier.
Audrey : ... ben Lucas, quoi. Lucas L.... de notre classe. Lucas...qu'est au fond de la classe tout seul vers le radiateur.
Moi (la mémoire me revenant... l'écume de rage au bord des lèvres, les yeux injecté de sang) : Ah Lucas....
Audrey : Il s'est vanté et il nous l'a montré... mais maintenant il a peur de le rendre.

J'ai remercié Audrey pour sa discrétion. J'avais déjà échaffaudé un plan diabolique qui nous ferait sortir la tête haute de cette histoire, mes élèves et moi. J'avais décidé de ne rien dire, de me taire et d'entraîner toute ma classe dans un mutisme où nos consciences allaient être éprouvées.
Je me rassurais : "De toutes façons, c'est toujours lui. Il a donc l'habitude de ce genre de situations".
Je me voyais revendre l'appareil sur E-Bay et dépenser l'argent en manuels scolaires pour redorer ma conscience.
Je m'imaginais en 1963 à la tête de la CIA après la ort de JFK... jeter en patûre aux parents gorgés de préjugés, ce pauvre "Louis" Harvey Oswald...

Finalement mon haut sens du devoir, ma pure conscience professionnelle et surtout le fait que Romain n'ait pas su se taire et ait proclamé ce cher Lucas comme l'auteur du vol sur la place publique du pique-nique ...ont fait que j'ai passé une très mauvaise fin de journée entre Lucas et  notre ami le Magicien.

Pour conclure, je laisse la parole à Lucas, lors de l'entretien que j'ai eu avec ses parents peu de temps après l'évènement. Notez que la question très idiote, ne pouvait recevoir qu'une telle réponse.

La Maman de Lucas (essayant de comprendre) : Mais pourquoi as tu volé cet appareil numérique, chéri ?? On en a un à la maison... je ne comprends pas.
Lucas : J'ai cru que c'était un téléphone portable.

Repost 0
Published by Walter - dans En classe
commenter cet article
25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 09:01
Monsieur Arthaud... mon pote m'en avait déjà parlé avant la rencontre mais je ne le croyais qu'à moitié... J'étais à peu près aussi sceptique que vous face aux anecdotes un peu folles éditées sur ce blog. Pourtant, je fus loin d'être déçu par le personnage... Une espèce de Benoît Poelvoorde dans les randonneurs, le type sûr de lui qui a tout vu tout fait et qui se prend au sérieux quand les autres ont le sourire aux lèvres (par politesse).

Déjà, il est arrivé en costume de magicien : chapeau haut de forme, cape, boléro et noeud pap... la totale. "Sympa pour les gosses". "Bien dans le personnage." "Ce type ne manque pas d'humour." Voilà tout ce que je me suis dit. Puis mon pote m'a dit qu'il était venu dans ce costume à chacune de ses interventions pendant l'année... hors contexte de spectacle. Mon ouverture d'esprit m'incitait à ne pas juger trop tôt ce bonhomme."Il est passionné...c'est tout".

Souvent, la passion amène les compétences (et réciproquement)... Or Monsieur Arthaud n'avait pour toute compétence.... que le costume. Ces tours de carte, de noeuds, d'allumettes et d'élastiques  qu'il prodigait à tour de bras pendant le pique-nique aux enfants pas dupes qui se moquaient de lui par derrière, étaient dignes de figurer au dos des paquets de céréales de la marque repère de chez Leclerc ( le vaillant défenseur de notre pouvoir d'achat face aux pharmaciens sans scrupule...blabla). Bref, encore une fois, je me suis dit que ce pauvre homme ne faisait rien de mal... que cela lui faisait plaisir... qu'il en avait peut-être besoin dans sa vie triste et morne... De plus, est-on obligé d'être compétent dans un domaine pour l'enseigner et le faire partager ? Moi-même j'enseigne la Géographie... et je suis incapable de situer les Balkans sur une carte de France (...normal...en fait).

Ce qui m'a fait changer d'avis, c'est le caractère hautement suffisant de ce mec. Il s'y croyait trop grave ( ont dit les gosses). Pire que Poelvoorde... ce type était meilleur que Coperfield et Garcimore réunis... Il pensait dure comme fer qu'il réinventait la magie moderne...

Le tournage-autour-de-la-Maman-mignone s'est vite transfomé en foutage-de-gueule-du-Magicien.

Moi (ultra sérieux) : Que pensez-vous d'Harry Potter ?
Le Magicien (sur le même ton) : Il est sorcier. Rien à voir.
Moi (acquiessant) : Bien-sûr.
Mon pote : ...et vous avez un élevage de lapin ?
Le Magicien (mort de rire) : Allons... soyez sérieux... vous en êtes encore aux magiciens imposteurs de votre enfance... Les lapins qui sortent des chapeaux... ce n'était pas de la magie... (et le voilà qui rigole de plus belle).
Moi (interloqué) : ... un élevage de colombe, alors ??
Le Magicien : Tss Tss tss... c'est démodé, tout ça...
Mon pote : Et votre assistante, elle n'est pas venue aujourd'hui ?
Le Magicien : Ma femme, vous voulez dire...
Mon pote : Euh.. oui, peut-être... enfin, la dame qui vous accompagnait pendant vos interventions.
Moi (sur le ton de l'humour) : Non, elle n'a pas pu venir, il l'a fait disparaître...
Le Magicien (pas très amusé) : Non, aujourd'hui, elle me représentait lors d'une rencontre de magiciens.
Moi  (réellement surpris) : Une rencontre de magiciens ???
Mon pote (comme une évidence): Ben oui, comme les druides dans Astérix... ils se rencontrent pour faire un concours...
Le Magicien : Tout à fait...
Moi (mort de rire) : Vous nous faîtes marcher, là ???
Le Magicien (vexé et en colère contre moi ) : Je ne suis pas là pour convertir des âmes étriquées dans leur façon de pensée... Ouvrez vous un peu plus aux pratiques magiques, Monsieur, et vous apprendrez plus que vous ne croyez.
Moi : ...

Sur ce, il se retourne avec un geste qui maintient sa cape en l'air et il se tire vers un groupe de môme.

Moi : ...
Mon pote : ...
Moi : ...
Mon pote : Merde, alors.
Moi : ...

L'anecdote ne se termine pas là... Une troisième partie sera consacrée à cette sortie scolaire.
Comment le Magicien va perdre de sa superbe face aux personnes présentes ? Comment moi-même je vais me faire tout petit après un incident survenu pendant le pique-nique ? Comment Lucas (un de mes élèves) aura le mot de la fin ?
Vous saurez cela dans le prochaine épisode de "Le Magicien"
Repost 0
Published by Walter - dans En classe
commenter cet article

Un Prof À L'envers

  • : Un prof à l'envers
  • : Jean Tévélis, professeur de écoles, raconte ses aventures dans ce blog avec des billets remplis d'humour, d'enfance et de vécu...
  • Contact

Le livre (cliquez sur l'image)

La page Facebook

Du même auteur

Catégories