Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 15:45

Depuis le début de l’année, les garçons de ma classe sont atteints  d’une étrange maladie psychologique. Un sujet les obsède, ôtant de leur cerveau la place nécessaire aux apprentissages scolaires. Une monomanie qui les tourmente au point de ne plus parler que de ça dans leurs bavardages intempestifs, dans les rangs, dans la cour, dans leurs rédactions, dans leurs dessins, dans leur sommeil (j’imagine).

 

Le football !

 

J’aurais aimé participer au combat contre les clichés, j’aurais souhaité tordre le cou à certaines idées reçues. Malheureusement ce fléau, cette obsession caractérisée du ballon rond ne concerne qu’une partie de ma classe. Et tant pis pour le catalogue de jouets qui lutte contre le sexisme, mais dans ma classe, la personne qui pose sur la photo en tenue de foot avec un pied sur le ballon est bien un garçon. L’obsession des filles sera peut-être le sujet d’un prochain article : elle se prénomme Violetta.

 

Le football a un pouvoir invasif. Il s’insinue jusque dans les programmes scolaires bien malgré moi.

 

En géographie :

 

Moi : Citez-moi les principales villes françaises.

Lucas : L’OM, le PSG, le LOSC…

Moi : Ah non, ça, ce sont des clubs de foot. Je veux des villes.

Karim : Evian-Thonon-Gaillard.

Moi : Encore un club de foot. Mais tu m’as quand même cité trois villes, on progresse. Mais j’ai demandé les principales villes. Les plus grandes.

Karim : Trois villes ?

Moi : Oui ! Evian, Thonon et Gaillard. C’est une fusion de plusieurs clubs issus de ces trois villes.

Memhet : Aaaaaah ! C’est pour ça qu’ils ont battu le PSG. Ils étaient trois contre un !

Les autres (comprenant) : Aaaaaah ! C’est pour ça.

 

En histoire :

 

Moi : Quel pays Napoléon a-t-il battu à Austerlitz !

Elliot : L’Ukraine !

Moi (levant les yeux au ciel) : …

Bilal : Oui ! Il les a même battus 3-0 !

Les autres (levant les bras en l’air) : OUAAAAAAAAAAIS !!!!

 

En histoire des arts :

 

Moi : Alors ! Comment il s’appelle ce célèbre musée parisien ? Vous savez, celui qui a la Joconde.

Fred : Le parc des Princes !

 

En éducation à la citoyenneté :

 

Karim : Maître, il y a une erreur dans le livre.

Moi : Ah bon !

Karim : Ils disent que la fête nationale française, c’est le 14 juillet.

Lucas : T’as raison. Ils se sont trompés !

Moi : Ben non, c’est ça.

Karim : Mais c’est pas le 14, c’est le 12 juillet !

Moi : Non, c’est le 14 !

Lucas : Mais non, vous aussi vous vous trompez.

Karim : En plus, vous, vous étiez déjà né et on sait mieux que vous.

Moi : En 1789, je n’étais pas né.

Karim : Mais non, nous, on parle de 1998 !

Les autres (chantant) : OUAAIIIIS ! Et 1, et 2, et 3 – zéro !

 

En vocabulaire :

 

Moi : Dans la vie professionnelle, pour réussir il faut être… il faut être…

Les mômes : ….

Moi : Il faut être r…. r….

Les mômes : ….

Moi : Il faut être ri…

Allan : Ribery !!!

Les autres (scandant) : OUAAIIIS ! Le ballon d’or ! Le ballon d’or !

Moi (blasé) : Non, il faut être rigoureux.

 

 

Mais parfois, les filles s’y mettent aussi :

 

Moi (venant d’expliquer la consigne d’un exercice) : Des questions ?

 

Justine lève la main. L’intello de la classe. Celle qui parfois m’explique mes propres consignes.

 

Moi (sincèrement surpris) : Justine, quelque chose que tu ne comprends pas ?

Justine : Oui, la règle du hors-jeu au foot !

 

Cette ambiance est de plus en plus pesante dans ma classe. Je ne peux plus faire un pas pédagogique sans tomber sur le spectre du ballon rond qui hante la totalité de mes garçons.

 

Je sais que cette obsession va s’accroitre jusqu’au mois de juin 2014. Elle atteindra son paroxysme le 15 juin un peu avant 16h, heure du coup d’envoi du premier match de la France dans la coupe du monde 2014.

 

A partir de là, cela s’atténuera. Le football quittera petit à petit les esprits de mes élèves. Jusqu’à complétement disparaître le 25 juin à la fin du dernier match de groupe de notre équipe nationale quand le coup de sifflet final sonnera le glas des espoirs des millions de mômes dont font partie les garçons de ma classe. Quand les bleus ne seront même pas qualifiés pour les huitièmes de finales.

 

Alors, enfin, le programme scolaire reprendra ses droits. Et il me restera une dizaine de jours pour préparer mes élèves à la sixième.  

 

http://www.coloriage.tv/js/coupe-du-monde.png

Déjà 917 personnes aiment la page Facebook d'un Prof à l'Envers.

Rejoingnez-les en cliquant sur la coupe du monde !

Partager cet article

Repost 0
Published by Tévélis - dans En classe
commenter cet article

commentaires

lilyvalley 31/12/2013 16:26

il n'y a pas qu'en primaire. J'enseigne l'anglais en collège. J'ai des 6° et 5° et ils ne connaissent comme villes d'Angleterre que Manchester, Liverpool et Newcastle.

Un Prof À L'envers

  • : Un prof à l'envers
  • : Jean Tévélis, professeur de écoles, raconte ses aventures dans ce blog avec des billets remplis d'humour, d'enfance et de vécu...
  • Contact

Le livre (cliquez sur l'image)

La page Facebook

Du même auteur

Catégories