Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 15:20

Ce n’est pas la fleur au fusil que je pars demain sur le front de la classe découverte.

 

Déjà parce que l’ensoleillement timoré de ces derniers mois n’a pas permis aux fleurs de ma région d’embellir ce début de printemps.

 

Ensuite parce que je ne vois pas ce que je ferais d’un fusil en classe découverte. A part le point rouge d’un sniper du GIGN embusqué qui se promènerait sur mon front avant de se transformer en trou sanglant, je ne vois pas ce que cet outil m’apporterait.

 

Du coup, c’est carrément désarmé que je pars au combat.

 

J’aurai pu rester calfeutrer dans le train-train rassurant de ma base, au rythme des rassemblements de compagnie, des services de garde, des instructions topographiques et des séances de sport.

 

Avec pour seul entorse à cet emploi du temps immuable, de temps en temps, un petit tour au trou quand j’omets de mentionner le grade de Directrice lorsque je la salue.

 

Mais non ! Je me suis porté volontaire. Et demain, après avoir écrit une dernière lettre à ma mère, après avoir embrassé tendrement femme et enfant, je jetterai fièrement mon barda sur l’épaule et sans un regard pour ma famille éplorée, je partirai pour l’école où m’attendront impatiemment mes élèves et Jean-Paul, le chauffeur de bus.

 

Pourquoi ? Pour quels honneurs ? Quelle médaille ?

 

Les honneurs ? Un article de dix lignes dans le blog de l’école que j’aurai moi-même rédigé car comme le dit Cyrano, les honneurs, « je me les sers moi-même avec assez de verve ».

 

La médaille ? Un pin’s du conseil général qui viendra trouer mon dernier T-shirt pas encore tâché.

 

Et loin de cette image illustrant le départ dans la joie des troupes françaises en 1914 -celle qu’on trouve dans les livres d’histoire- j’imagine le départ de ma classe demain matin.

 

 

Sur le parking de l’école, ce n’est pas la fleur au fusil, mais le stylo en bouche que je prends en note les dernières recommandations des parents inquiets.

 

Une maman : Je ne l’ai pas écrit dans sa fiche de liaison parce que j’avais peur de faire des fautes… mais Louise est intolérante au gluten.

Moi : Rien que ça ?

La maman : Voilà la liste des ingrédients qu’elle ne doit pas ingérer.

 

Et elle me tend une liste qui fait le poids du dernier tome d’Harry Potter. Elle aurait mieux fait de me donner la liste de ce qui lui était autorisé, elle n’aurait pas pesé plus lourd qu’un roman d’Amélie Nothomb.

 

Moi (à une autre maman) : Au fait, Madame, Shems m’a dit qu’il faisait ses prières et je voulais vous dire que …

La maman : N’importe quoi ! Il ne les fait pas à la maison, il ne va pas s’y mettre en classe découverte.

Shems : Mais si maman !

La maman (le gratifiant d’un petit taquet bien humiliant) : T’es même pas pubère, arrête tes bêtises !

Shems : Si, je suis pubère.

La maman : Tu ne sais même pas ce que c’est !

Shems : Si ! Mamie m’a expliqué.

 

Je m’éloigne discrètement de la maman de Shems qui est en train de sortir du sac de son fils un tapis et une boussole. Elle est passée en mode « Arabe » et bien que je ne comprenne rien, je peux lire la traduction directement dans le regard penaud du pauvre Shems.

 

Le papa de Sanah s’approche de moi. Il passe dans ma bulle d’espace social, puis il crève ma bulle d’espace personnel et comme il s’approche encore, la bulle de mon espace privé explose. POC ! Il me touche presque. A la manière des agents secrets des mauvaises séries françaises, il tourne la tête doucement à droite et à gauche pour voir si personne ne nous voit, puis de sa main, il glisse quelque chose dans la mienne.

 

Cette scène, je l’ai vécue des dizaines de fois avec mon grand-père quand il me donnait une obole à l’insu de ma grand-mère.

 

Le papa de Sanah recule d’un pas. Je regarde ma main. Un billet de cinquante euros.

 

Je m’apprête à lui dire dans un sourire radieux qu’il est beaucoup plus généreux que mon grand-père, mais c’est lui qui prend la parole :

 

Le papa : C’est pour Sanah.

Moi : Bien-sûr ! J’avais compris.

Le papa :…

Moi : Mais vous savez. On ne pourra pas acheter de souvenirs…

Le papa : Je sais ! C’est pour les cartes postales.

Moi : Cinquante euros de cartes postales.

Le papa : Voici la liste des adresses de la famille.

 

Je me retrouve alors avec un deuxième dernier tome d’Harry Potter sous le bras.

 

Un peu plus tard, sur le marchepied du car, je contemple la brochette de parents.

 

Les plus indignes sourient à pleines dents et les plus hypocrites pleurent. Je les soupçonne de pleurer de joie. La joie d’un peu de tranquillité retrouvée le temps du séjour de leur enfant chéri loin de la maison.

 

Ma collègue Sonia qui est aussi la maman de Judith, une de mes élèves, me regarde en souriant. Elle me fait un signe de la main. Je lui réponds machinalement. Mais je suis déjà loin. Dans une tranchée ou un bunker. Alors que je retiens mes larmes, son sourire à elle, semble s’élargir. Et juste avant que les portes ne se referment, dans un horrible rire digne des sorcières les plus méchantes des contes de notre enfance, elle lance un très ironique : « Bonne vacances Tévélis ! »

 


 

http://tnhistoirexx.tableau-noir.net/pages12/images/19143.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Tévélis - dans En classe
commenter cet article

commentaires

Caro-CLF 25/03/2013 07:11

Le premier qui me sort "bonnes vacances" pour une classe de découvertes, je le déboulonne!

Un Prof À L'envers

  • : Un prof à l'envers
  • : Jean Tévélis, professeur de écoles, raconte ses aventures dans ce blog avec des billets remplis d'humour, d'enfance et de vécu...
  • Contact

Le livre (cliquez sur l'image)

La page Facebook

Du même auteur

Catégories