Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 13:28

Notre école, au top de la modernité, est équipée d’un jardin pédagogique. Le jardin, c’est un carré de terre. La pédagogie, c’est ce que nous en faisons. 

 

Ce matin, profitant du soleil, j’ai enfilé mes bottes et mes gants de jardinier pour bêcher le potager. Ça, c’est le côté  jardin.

 

Côté cour, il y a mes élèves assis en arc de cercle. Ils me regardent et font des commentaires sur la grosseur des mottes de terre que je retourne et sur le nombre et la taille des vers de terre qui apparaissent. Ça, c’est le côté pédagogique. Sur ma fiche de « prép », dans la case « objectifs », j’ai écrit :

·         Travailler en groupe

·         Echanger entre paires

·         Estimer des volumes de matières friables

·         Estimer des longueurs qui bougent

·         Dénombrer des quantités vivantes et grouillantes

 

Soudain, alors que j’entame mon deuxième  arpent de jardin, des cris stridents attirent mon attention. Lina et Sanah sont en mode catcheuses au centre de l’arc de cercle. Les cris stridents ne viennent pas d’elle, mais des autres élèves qui, eux, sont en mode spectateurs. Elles, elles accomplissent la prouesse de se battre en silence. De voir deux filles s’affronter dans un combat à mains nues me ramène 20 ans en arrière, dans la chambre de mon pote Jérôme, dans laquelle on s’excitait des mercredi après-midis entiers sur des manettes de console de jeu. Aujourd’hui, dans la cour, se déroule devant moi une ultime partie de Street-Fighter II avec Chun-Li versus Chun-Li sur une Super Nes défectueuse, dépourvue de carte son.

 

D’un point de vue technique, on ne peut parler d’art martial. Il y a bien des prises comme dans tous les combats, mais il ne s’agit pas techniques proprement dites. Il s’agit de vraies prises. Des prises de chignons qui se transforment en poignées de cheveux dans les mains des protagonistes.

 

Voyant que je n’ai aucun contrôle depuis mon potager, je lâche ma manette, plante ma bêche, retire mes gants doigt par doigt, et me dirige calmement vers la joute. J’empoigne les deux catcheuses par l’épaule et tente de les séparer. Mais elle s’agrippe chacune aux cheveux de l’autre. Plus je tire plus elle s’agrippe et plus les spectateurs sont hystériques. Mais de leur part, toujours aucun son.

 

Finalement, quand les prises se font plus rares sur la tête de chacune, quand les mains se heurtent à une surface crânienne lisse dépourvue de cheveux, les deux filles abandonnent. Je m’apprête à les accompagner dans le bureau de Directrice.

 

Shems : Oh non ! Déjà !

 

Je me retourne, prêt à sermonner Shems à propos de sa remarque déplacée, et je les vois, lui et Ludo, en train de verser des grands seaux d’eau dans mon potager à moitié bêcher.

 

Moi : Qu’est-ce que vous faîtes ??

 

Les deux garçons se regardent. On peut lire dans leurs yeux autant d’incompréhension que dans les miens. Moi, je ne comprends ce qu’ils font et eux ne comprennent pas ma question.

Enfin si ! Il la comprenne d’un point de vue littéral. Ce qu’ils ne comprennent pas, c’est pourquoi je la pose, cette question. Cela paraît tellement évident ce qu’ils font.

 

Ludo (en haussant les épaules d’évidence) : Ben, on construit un ring.

Moi : Un ring ?

Shems : Ben oui, une aire de combat.

Moi : Je sais ce que c’est qu’un ring. Mais là, vous ne faîtes pas un ring, vous bousillez mon jardin.

Ludo : Mais non, on s’est dit, c’est plus sympa si Sanah et Lina, elles se battent dans la boue.

 

J’attrape mes deux pervers par le col et ne fais pas le voyage  pour rien jusqu’au bureau de directrice.

 

Alors que je traverse la cour avec mes quatre  hurluberlus sous les bras, je m’aperçois que je ne suis même pas en colère. Eux non plus d’ailleurs. Ce n’est qu’une partie de plus dans ce jeu de relation que nous avons mis en place tout au long de l’année.

Une vague de nostalgie me submerge. Je retiens une larme en pensant à cette année écoulée.

Certes, il reste un mois, mais ce soir je vais commencer à tourner la page de cette promotion pour découvrir celle qui suit. Ce soir, on répartit les élèves dans les classes supérieures.

 

Le soir-même, tout le monde est réuni autour des listes vierges de l’an prochain. On prend celle qui correspond à notre niveau. Ensuite, chacun met des petites annotations sur la liste de son effectif de cette année : des cœurs, des plus, des moins, des plus plus moins plus, des têtes de morts, des croix, des ronds, des lapins et des vampires. On légende le tout avec plein d’explications précises. Et après, on remet tout ça aux enseignants qui nous succèdent dans la hiérarchie des classes et ils se débrouillent pour répartir les élèves.

 

Pas très déontologique tout ça ! Tous ces gribouillis à côté des prénoms qui sont autant d’aprioris envers nos futurs élèves. Et l’effet Pygmalion, vous y avez pensé ?

 

Moi : Qui c’est celui-là ?

Google : Un sculpteur chypriote de l’Antiquité ?

Moi : Et alors ?

 

Et l’effet Rosenthal et Jacobson, vous y avez pensé ?

 

Moi : Qui c’est ceux-là ?

Wikipédia : Deux sociologues qui ont montré dans une expérience que l’on pouvait influencer l'évolution d'un élève en émettant une hypothèse sur son devenir scolaire.

Moi : Hein ?

La sociologie pour les Nuls : Tu prends deux groupes de CM2 moyens, tu les donnes à deux enseignants moyens. A l’un tu dis : « C’est un super bon groupe, tu pourras en tirer quelque chose ! » et à l’autre tu dis « Que des nazes, y’a pas grand-chose à faire ! ». Tu reviens une année scolaire plus tard, juste après les évaluations nationales des CM2 et tu constates que la classe qui a le mieux réussi est celle que tu as valorisée auprès de son enseignant.

 

Tout ça pour dire que dans notre école et dans beaucoup d’autres, Pygmalion et ses deux potes sociologues, on s’en fout un peu. Et les gribouillis à côté des prénoms, ça nous amuse. Alors pourquoi se priver.

 

L’an prochain, je rempile pour le CM2.  Sonia, elle, signe à nouveau pour un CM1/CM2. Du coup, on doit se répartir  les futurs CM2. Pendant qu’elle et Directrice sont train de s’occuper des CM1, je fais ma cuisine tout seul dans mon coin.

 

Je tire la langue tant je m’applique. Dès que je vois un nom, j’essaie d’y associer un visage que j’aurais croisé en récréation, en salle de médiation ou en échange de service. Je creuse au plus profond de ma mémoire faisant fi des annotations établies par mes collègues. Le niveau scolaire et le comportement ne m’intéressent pas. C’est autre chose qui guide mes choix.

 

Enfin, je lance mon stylo et m’adosse sur ma chaise avec un long soupir de satisfaction.

 

Moi : Ca y est ! J’ai fini !

Sonia : Fais voir ! J’ai mon mot à dire !

 

Je lui donne ma liste.

 

Elle se décompose au fur et à mesure de la lecture puis passe ma liste à mes collègues qui, à tour de rôle, y vont de leur commentaire.

 

Mme Boucard : N’importe quoi Tévélis. Si c’est une blague, tu nous fais perdre notre temps.

Directrice : Mais t’es malade. T’as fait ça au hasard ou quoi ?

M. Janti : Tu aimes les défis, toi, ça se voit.

Sonia : T’as fait une classe de gros boulets. Tu vas te taper 13 PPRE à rédiger, au moins 4 orientations SEGPA à proposer, sans parler de l’ambiance de classe qui sera infernale. Il y a des éléments à ne pas mettre ensemble.

 

Je sais tout ça, alors je souris.

 

Je sais que je vais passer un temps fou à rédiger des projets en tout genre pour tous mes élèves en difficulté. Je sais aussi que je vais rencontrer les familles plus souvent qu’à mon tour. Je sais même que je vais participer à des centaines d’équipes éducatives.

 

Monsieur Janti n’a pas lâché ma liste. Il l’analyse avec ardeur, cherchant minutieusement quelle était ma logique lorsque j’ai créé cette classe.

 

Mr Janti (criant presque) : J’ai trouvé !!! Pour le sport !!

 

Bravo Mr Janti ! C’est pour le sport ! Le tournoi de basket inter-écoles avec Jamal et Lucas dans mon équipe, c’est dans la poche. Le cross des écoles avec Sourya, Camille, Nordine et Paolo, c’est du tout cuit. Avec une classe comme celle-là, je peux qualifier au moins trois équipes aux rencontres USEP départementales. J’ai même pensé à prendre Alya et Roméo pour le concours de sécurité routière.

 

A moi toutes les coupes et les médailles de la circonscription !!!!

 

Sonia : T’es vraiment qu’un gamin !

 

Je n’avouerai pas à Sonia, ni aux autres,  que les honneurs et la gloire ne sont qu’une infime partie des critères qui ont motivé mes choix.

 

Avant tout, lorsque j’ai composé cette Dream Team, je pensais à ce blog. Mes élèves sont ma première source d’inspiration. Si je n’avais pris que des plantes vertes dans ma classe, certes, j’aurais gagné la tranquillité. Mais faute d’inspiration, j’aurai dû lâcher ma plume pour reprendre ma bêche.

 

Et faire pousser mes plantes vertes.

 

 

 

http://4.bp.blogspot.com/-X0B0GNa7rrU/UNIsNq8KnxI/AAAAAAAAAYU/6sdI_CZizdg/s1600/street-fighter-ii-turbo-hyper-fighting-super-nintendo-snes-1295495206-033.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Tévélis - dans En classe
commenter cet article

commentaires

Je Rêve 06/06/2013 19:24

Et ç'aurait été bien dommage pour nous !
Mais quand même, t'es un peu zinzin, hein...
Au fait, ma classe a beaucoup aimé ton J'aime Lire, d'autant que pour nous le cross c'était mardi... et qu'on a gagné ! ^^

Tévélis 06/06/2013 21:34



Merci pour le retour sur le Cross des écoles. Content que ça ait plu ! Bravo à tes champions d'élèves.



laforfasse 06/06/2013 13:49

jrome voisard, jrome voisard, jrome voisard!!!!!!!

Tévélis 06/06/2013 21:32



Zarma, zarma zarma ma ma !!!!



Un Prof À L'envers

  • : Un prof à l'envers
  • : Jean Tévélis, professeur de écoles, raconte ses aventures dans ce blog avec des billets remplis d'humour, d'enfance et de vécu...
  • Contact

Le livre (cliquez sur l'image)

La page Facebook

Du même auteur

Catégories