Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 16:18
Je connaissais le gamin depuis le mois de septembre. Je pensais alors avoir tout vu dans le genre "Comédien".... avec une majuscule s'il vous plaît.

Mieux que la plupart des acteurs oscarisés, césarisés, oursisés ou goyasés, mieux qu'un joueur de foot italien se roulant sur la pelouse en pleurant et  réclamant entre deux sanglots un penalty et un carton rouge pour son agresseur, et mieux qu'un homme politique lambda annonçant la reprise de l'activité avant la fin du deuxième trimestre 2009....j'ai nommé le talentueux, le célèbre, le magnifiiiiiiiique  Anthony.

Le roi du cinéma. Le prince du théâtre. Un acteur né. Un comédien de l'extrème.

Une tâche d'encre sur son cahier, il nous improvise une tragédie grecque.
Une égratignure au genou, c'est une scène gore des plus crédibles films d'horreur.
Une remontrance par le maître et je revois le visage larmoyant  de Brigitte Fosset dans Jeux Interdits.

Un poil cabotin mais carrément fatigant. J'ai décidé de rencontrer son père.

Acte 1. La rencontre.
Anthony et son père entrent dans le préau côté cour, pendant je m'y engage coté cantine.
Une poignée de main de grande envergure. Je lui montre la direction d'un rapide coup d'oeil. Il fait tourner son imper d'un geste du bras et  pivote pour se diriger à grandes et rebondissantes enjambées dans la direction indiquée.

Je comprends alors beaucoup sur l'attitude du gamin.
Je vire gentiment la femme de ménage de la classe. J'ajouterais que vu  l'état de coincitude de cette pauvre femme, le balai qui devait servir à taper les trois coups pour entamer la pièce, doit être bien ficher dans son ... !

Ensuite, j'énumère au père d'Anthony les différents événements pouvant résumer le comportement de son fils et justifiant ainsi sa présence dans ma classe.
Son visage passe par toutes les émotions du dictionnaire.
Il fronce, sourit, refronce, ouvre la bouche de stupeur, ricane, soupire, lève les yeux au plafond, se prend la tête dans les mains, s'essuie une larme, s'étonne, semble contrarié puis fâché....

Entracte.

A la fin de mon monologue :

Le père : Excusez-moi, je dois me rafraîchir un peu. C'est trop d'émotions. Je ne croyais pas mon fils capable de ça.

Il sort. Je regarde Anthony d'un air étonné. Ce dernier me refait le coup de Brigitte Fosset et de Ponette.

Acte 2 : Le sermon.

Trois minutes plus tard, son père revient.
Maquillé, coiffé, remonté à bloc. Il a du réviser son texte dans les coulisses. Il est sorti abattu, le voilà conquérant, déterminé. Il s'agenouille dans une glissade, se colle le dos de la main sur le front en levant la  tête.et se lance  dans une tirade adressée à son fils.

Le père : Ô mon fils, mon fils, mon fils. Comment as-tu pu ? Comment, Ô Anthony le fruit des entrailles de ta mère. Nous t'avons tout donné ! Tout ! Tu entends ? Nous t'avons tout donné, pourquoi nous as-tu tout repris ?
Moi (en apparté) : C'est du Rock Voisin, ça !
Le père : Pourquoi ? Que te manque-t-il ?

Un long moment de silence. Les mains dans les cheveux, il semble méditer.

Le père : Peut-être es-tu trop gâté, trop chouaillé (un temps), trop aimé ! Peut-être, oui ! Trop aimé. Mais il ne faut pas que notre amour t'empêche de bien te comporter en classe. Tu dois porter ce poids dignement et sans honte. L'amour de parents aimants est parfois difficile à porter, je le sais. Mais tu es fort, solide. Tu vaincra. Tu te reprendras.

Final :

Le père et Anthony (pleurant pour de bon cette fois-ci) se tombent  dans les bras.

Anthony
(braillant et sanglotant ) : Prooomiiis Papaaaa ! Promiiiis ! Je te juuuuuure !

C'est alors que je me lève devant cette scène, et oubliant mon rôle dans la pièce, j'applaudis à tout rompre.

Rideau.



Je précise que ce n'était vraiment que du cinéma.
Pour preuve, les promesses faites dans cette oeuvre dramatique n'ont jamais été tenues.






Partager cet article

Repost 0
Published by Walter - dans En classe
commenter cet article

commentaires

Mrs D. 10/11/2009 15:21


Oh mince! il m'en faut un comme ça!


Raimbaud 05/11/2009 21:17


Comme quoi, la pomme ne tombe jamais bien loin de l'arbre...


songe 05/11/2009 18:20


j'avais la scène sous les yeux !!! bon sang mai quel talent d'écrivain !!!! je me demande si mon commentaire est assez crédible lol


Oriane 24/10/2009 09:26


Emouvant !!! De la pure tragédie grecque...


Je Rêve 23/10/2009 19:39


Cette nouvelle orthographe du verbe choyer me sied beaucoup :-D
Par contre le comédien et son géniteur... je te les laisse, merci beaucoup !
Bon du coup tu sais que tu n'a plus qu'à inscrire ta classe dans un projet théatre, tu tiens déjà ton premer rôle.


Walter 24/10/2009 18:48


Merci... j'assume ma poésie et je laisse l'erreur.


Un Prof À L'envers

  • : Un prof à l'envers
  • : Jean Tévélis, professeur de écoles, raconte ses aventures dans ce blog avec des billets remplis d'humour, d'enfance et de vécu...
  • Contact

Le livre (cliquez sur l'image)

La page Facebook

Du même auteur

Catégories