Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 19:10
Les parents d'élèves, c'est comme les champignons. Quand tu en cherches (sac plastique en poche, bottes aux pieds et Opinel en mains)....tu rentres bredouille...ou juste de quoi te chopper une diarhée parce que tu n'avais pas ton petit manuel du cueilleur de champignons ( mais là on s'éloigne de l'analogie avec les parents...quoique !). Et quand tu te promènes juste pour te promener ( clopes en poche, converses aux pieds et portable en main), tu tombes sur une tache de chanterelles dont même K2R ne viendrait pas  à bout.

En clair, tu veux voir les parents de Katia, parce que Katia te sort par les yeux. Chaque nuit, son prénom raisonne dans ta tête et le matin ta femme te demandes d'un air très réveillé, les bras croisés et les sourcils en V.... "C'est qui cette Katia ?".
Hors, les parents de Katia savent très bien ce que tu as à leur dire... vu que tous les ans, c'est la même chose. Mais toi, coincé entre ton inexpérience, ta douce naïveté et ta foi presque intacte... tu espères encore que ça changera quelque chose dans le comportement de Katia, si ses parents se pointent dans ta classe. Alors tu mets un mot dans le carnet de liaison. Tu téléphones. Tu penses même aller sonner chez Katia... mais un chien méchant t'en dissuade.

Pourtant un beau jour, au volant de ton caddie dans les rayons du Cora, tu tombes sur sa mère.

Toi : Bonjour madame.
La mère de Katia : 'jour
Toi : Je suis le maître de Katia à l'école.
La mère de Katia (qui se sent coincée et plutôt surprise) : Comment vous savez que je suis la mère de Katia ??
Toi : Ben...euh.... elle vous tient la main...là...juste à côté de vous. Bonjour Katia.
La mère de Katia (à sa fille) : Ben, dis bonjour, toi !
Katia : Ben bonjour !
Toi : Je suis content de vous rencontrer. Ca fait un moment que j'essaie de vous joindre pour parler de Katia...mais apparemment c'est assez difficile. Vous n'êtes pas très disponible.
La mère de Katia (faussement surprise) : Ah bon. Keskivapa avec Katia ?
Toi (haussant le ton en repensant à tout ce qu'elle a fait ) : Ben...c'est la catastrophe !! La CA-TA-STR-OP-HE.

Un attroupement se forme autour de vous. Les utilisateurs du Cora sont des gens curieux. Pour une fois que ce n'est pas eux qui se font agresser par l'éducation nationale.

La mère de Katia (se tassant) : Comme quoi par exemple ?
Toi (qui n'avait pas prévu cette réunion) : Ben...comme....comme...euh...tenez par exemple...elle ne lève jamais la main pour prendre la parole...par exemple,...en fait.... quoi !
La mère de Katia  (pas très convaincu) : C'est pas bien ça, Katia !...Et quoi d'autre ?
Toi : Ben...euh...quoi d'autre ? ...Et ben, pas plus tard que le mois dernier...elle a...elle a fait tomber sa trousse par terre.
La mère de Katia : ....
Toi : Oui, mais elle l'a fait exprès
La mère de Katia (de moins en moins tassée) : ...  c'est tout ?
Toi : Non, non... euh ...parfois elle... elle...oublie les majuscules aux noms propres....
La mère de Katia : Viens Katia... on doit finir les courses...On perd notre temps.
Toi :....
Les badauds (qui se dispersent pour reprendre le cour de leurs choses) : Pfff, n'importe quoi !

Voilà. Sans préparation, on n'arrive à rien. Même pas à se souvenir de ce qui nous hante.

Cependant, il existe aussi les parents que tu ne veux pas voir.... mais qui cherchent par tout les moyens à te rencontrer.

Fin août. La plage du lac est bondée. Malgré les rayons du Cora déjà pleins à craquer de fournitures scolaires, tu te sens encore en vacances. Allongé sur ta serviette, un livre de Marc Levy dans les mains ( c'est encore les vacances, on réfléchira plus tard), tu profites des derniers jours de ces 2 longs mois annuels.

Une dame : Bonjour Monsieur !
Toi : Bonjour.
La dame : Vous êtes bien le maître des CM2 de l'école Machin ?
Toi ( qui ne connaît ton niveau de classe que depuis hier...rapport à la "bonne" ambiance entre collègues qui ne permet pas de répartir les classes  avant les vacances) : Euh oui...vous travaillez là-bas ? (seule explication possible).
La dame : Non ! Je suis la maman de Sophian.
Toi : Sophian ?
La dame : Ben oui ! Sophian de votre classe.
Toi (qui n'as eu ta liste que hier....évidemment) : Sophian, évidemment. Comment allez-vous ?
La dame : Pas très bien en fait... Sophian me fait du souci !
Toi : Ah....
La dame : Il n'a pas fini son cahier de vacances et il ne reste que 4 jours de vacances.
Toi :.... Ah oui, c'est embêtant.
La dame : Voilà ! Je voulais juste vous prévenir.
Toi (curieux) : Merci...mais il est où Sophian ?
La  dame : Je suis venue vous voir toute seule.Il est à la maison. Il révise ses tables de multiplications. L'an dernier, il ne savait pas très bien la table du 16.
Toi (vraiment curieux): Ah... c'est bien....Mais comment vous savez qui je suis et où j'étais...
La dame (un peu gênée) : Vous savez, maintenant..... avec Facebook, les copains d'avant, google et compagnie... on trouve tout ce qu'on veut.




Partager cet article

Repost 0
Published by Walter - dans En classe
commenter cet article

commentaires

Violette 06/10/2009 11:16


c'est très drôle!!!
Il vaut mieux faire des bornes et bosser très loin de l'endroit où on fait ses courses :-) J'ai déjà été souvent vue comme un extraterrestre ("heinnn, la prof elle fait ses courses!!! ehhhh, elle
achète du fromage..." ben ouais, ça m'arrive de m'alimenter!)


songe 28/09/2009 19:07


je n'ai pas le temps de laisser de commentaire je vais effacer mon compte facebook lol


Chandelin 25/09/2009 09:10


Tu peux attaquer direct avec un truc énorme d'emblée de jeu :
Dites voir, là, le cran d'arrêt que j'ai retrouvé dans le cartable de votre enfant, il est à vous ?

Si le parent d'élève est normal, il devrait être mis K.O. dès le premier échange. C'est plus facile pour discuter après :-D

Bon ok, je sors.


greg 24/09/2009 20:55


ah mon pauvre, les Cora sont des pièges mortelles, parfois je rencontre mes élèves de chinois et leurs parents, je me cache, je fuis le conflit surtout quand je tombe sur les parents du cancre :p
Enfin, moi c'est un peu différent étant prof bénévole dans une association mais c'est aussi pénible qu'à l'éducation nationale


Lilas Kwine 24/09/2009 09:49


Ma soeur, prof, s'est retrouvée à plus de 1200 bornes de chez elle, sur la plage, à 2 serviette de sa prov' qu'elle ne peut pas piffrer ...Ca ne s'invente pas. Y'a pas que les mômes qu'on rencontre
quand on ne le veut pas, faut penser aux collègues aussi...


Un Prof À L'envers

  • : Un prof à l'envers
  • : Jean Tévélis, professeur de écoles, raconte ses aventures dans ce blog avec des billets remplis d'humour, d'enfance et de vécu...
  • Contact

Le livre (cliquez sur l'image)

La page Facebook

Du même auteur

Catégories