Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 16:20
Le mois dernier, j'avais un journée de formation continue à l'IUFM. En général, c'est une journée perdue et ultra longue. Au lieu de passer 6 heures à courir partout avec des mômes...on passe 6 heures assis sur une chaise à écouter un formateur qui n'a surement jamais couru partout.

Bref. Mon école et mon domicile n'étant pas situé dans le centre névralgique du département, je dois me taper 1 heure de route pour aller à l'IUFM.  Comme je suis écolo, je me renseigne sur la participation des collègues des écoles voisines pour co-voiturer.

Le combiné du téléphone : Tuuuuuuuut             tuuuuuuuuut    
Une voix : Ecole Machin, bonjour.
Moi : Oui, bonjour c'est Walter de l'école Bidule. Madame Dumous est par là ?
La voix : Madame Demous... C'est moi !
Moi : Bonjour, je voulais savoir... C'est bien vous qui allez à l'IUFM vendredi prochain ?
Madame Demous : Oui.
Moi : J'y vais également. On pourrait partager les frais.
Madame Demous (apparement agacée) : En prenant ma voiture, bien-sûr...
Moi (déstabilisé) : Euh...pas forcément...On pourrait...
Madame Demous : Elle est comment votre voiture ?
Moi : Euh.... rouge.
Madame Demous : Quelle marque, je veux dire ?
Moi : Clio.
Madame Demous : Soyez précis. Cylindré, consommation, chevaux fiscaux...
Moi : Euh....
Madame Demous : Nan, je blague.... Combien de portes? Vous acceptez les chiens?
Moi :  Hahahaha....
Madame Demous : Non, c'est sérieux, je ne peux pas laisser mon chien ce jour-là.... Alors ? Vous acceptez ?
Moi : Euh... c'est que ....
 Madame Demous : Très bien, j'ai compris, on prend ma voiture. Je passe vous prendre à 7h50...
Moi: Oui, où ?
Le combiné : Tuuuuuut  tuuuuut  tuuuuuut.

Ca promet.

Le jour-j, à 7h50, j'attends à l'endroit décidé lors du deuxième coup de fil.
Une Super 5 "Bon jovi" dernière génération déboule sur le rond point à fond de train. La conductrice fait trois tours, en regardant à droite. Elle m'apperçoit enfin...et s'arrète au quatrième tour...

Madame Demous : C'est vous Walter ?
Moi : Oui.
Madame Demous : Ben alors... faut me faire signe... Je vous connais pas.
Moi : Moi non plus !
Madame Demous : Vous deviez vous doutez....
SuperMoi : J'espèrais très fort que ce ne soit pas vous.
Moi : Oui, j'étais pas sûr.

Les présentations faîtes, je me retrouve coincé dans la Renault, avec les genoux qui tentent de rentrer dans la boîte à gants. Elle ne me le propose pas, mais je tente d'activer la manette pour reculer mon siège.

Madame Demous
: Laissez tomber, c'est coincé. En plus, il faut laisser de la place à Harold...
Moi : Harold ????

Je me retourne et comprends pourquoi je ne l'avais pas remarqué avant. Une boule de poil sur pattes est calée derrière la siège de la conductrice.

Moi : Ben, il a de la place, il est pas gros....
Madame Demous : Harold n'a pas le droit de monter sur le siège...alors vous lui laissez de la place derrière vous. En plus faut pas le contrarier, il a le mal des transports.

J'étouffe un pouffement et me concentre pour garder mon sérieux.
Au bout de 5 km, la moquerie que j'avais éprouvée pour Harold se transforme en compassion. Avec Madame Demous, n'importe quel être vivant de la création aurait le mal des transports. Accélérations brutales, coups de frein violents, virages sur 2 roues....

Ce qui est bien avec Madame Demous, c'est que même très myope, on arrive à lire les plaques d'immatriculation des véhicules qui nous précèdent. On arrive même à lire l'adresse du garage où la voiture a été achetée... vous savez le petit autocollant en dessous de l'immatriculation.

Sur la 2 voies (limitée à 110)...elle roule, tenez vous bien.... à 110... en 3ème... Elle n'a pas passé la 5ème du trajet.... Sûrement parce qu'on n'a pas pris l'autoroute.

Au milieu du trajet, je ne me sens pas bien. Les mouvements brusques et les cris incessants du moteur torturé y sont pour beaucoup. Cependant, depuis quelques minutes une odeur pestilentielle a envahie l'habitacle. Je pensais que Madame Demous y était habituée, pourtant elle me dit.

Madame Demous
(inspirant à grandes narines... je me demande d'ailleurs comment elle ne s'est pas évanouie.) : Vous sentez ?
Moi (poli) : Non, quoi ?
Madame Demous : Ca ne sent pas très bon. Vous ne sentez pas ?
Moi (ne voulant pas lui faire penser que l'odeur vient de moi). : Ah si ! En effet ! Pouiii! Ah si si si !
Madame Demous : C'est toi Harold ?
Harold : .....
Moi ( me retournant et voyant Harold) : Il ne vous le dit pas ...mais c'est lui. Je crois qu'il a vomi.

Coup de frein digne de Michel Vaillant quand il arrive aux stands. Braquage de volant. Garage à l'arrache sur l'accôtement. Coup de klaxon de la voiture qui suivait. Ouvrage de portière sans regarder. Autre coup de klaxon d'une voiture qui passait.

Madame Demous fait le tour de sa bagnole et constate, comme je l'avais constaté un instant auparavant, le chien haletant au dessus d'une tache difficilement identifiable visuellement. Heureusement l'odeur nous met sur la  voie... Du vomi... Du vomi de chien.
Malgré sa réaction plutôt vive, Madame Demous semble habituée à cette situation. En moins de 5 minutes, c'est nettoyé et  désodorisé à la mandarine (ce qui n'arrange pas mon mal de coeur). Harold a fait son tour et ça semble aller mieux.

On repart et on arrive à l'IUFM  sans encombre.
Pendant la formation, je ne pense qu'au retour. Madame Demous sera-t-elle aussi patiente qu'elle l'a été avec Harold, quand elle devra nettoyer mon vomi ?

Ue dame : Excuse moi ! Tu habites bien à Machinchose ?
Moi : Oui.
La dame : Je dois y aller ce soir en sortant de l'Iufm.
Moi (En train de remercier le petit Ange de la nausée) : Et vous pouvez m'emmener ?
La dame : Ben, non ! C'est ce que je voulais te demander. T'es venu comment ?
Moi (ultra déçu) : Avec Madame Demous là-bas.
La dame : Je vais lui demander.

Au début, cette petite rencontre me paraissait anodine et je n'avais pas mesurer l'effet qu'elle aurait sur le retour. Cependant, il a fallu que je cède ma place de  devant et je me suis retrouvé avec Harold à 20 cm du spectre de sa tache de vomi.





Partager cet article

Repost 0
Published by Walter - dans En classe
commenter cet article

commentaires

ninette 16/09/2009 01:10

il est tard et je décide de flâner sur ton blog que j'avais mis en favoris au cas où... ben, j'regrette pas tu viens de me faire passer un moment de fou-rire comme on en a environ une fois l'année...ça doit être cool de t'avoir comme collègue! merci encore

CHRISCRAFT- 09/04/2009 17:27

pauvre de toi, pourtant c'était sympa l'idée du covoiturage il va falloir te former à la façon de dire des choses méchantes sans en avoir l'air : du genre pour le chien je suis bien emb^été de me mettre à coté de lui, je ne dois pas lui laisser assez de place..
c'est pas mal comme désodorisant onsent praiquement plus l'odeur de vomi

Sam 08/04/2009 12:58

blog interessant... désolé mais j'ai bien ri lol peut on se mettre en lien ? @ bientôt

Henriette Mauvaise-Foi 08/04/2009 12:38

le malheur des uns fait le bonheur des autres...si je n'avais pas autant ri, je t'aurais suremnt beaucoup plaint...Non , recommence ça...Mme Super5 Bon Jovi est terrible...

stipe 08/04/2009 11:06

moi je remercie Saint-Cope (dieu du vomi) et Saint-Bernard (dieu des chiens) de t'avoir coller Madame Demous (de siège de voiture, ha ha ha ha) sur ton chemin.
Certes, t'as passé un sale moment, mais quel bon moment je viens de passer, moi, à lire ça!!

merci, 1000 fois merci. (et bisous à madame Demous, elle le mérite)

Un Prof À L'envers

  • : Un prof à l'envers
  • : Jean Tévélis, professeur de écoles, raconte ses aventures dans ce blog avec des billets remplis d'humour, d'enfance et de vécu...
  • Contact

Le livre (cliquez sur l'image)

La page Facebook

Du même auteur

Catégories