Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 10:45

Au collège.

 

Julien n’est pas disposé à travailler. Ce matin, il a décidé que Madame Gignet, sa prof de maths, était une porte. Une porte qu’il veut dégonder. Et comme Julien est plutôt meilleur en menuiserie qu’en maths, il y est arrivé. Et Madame Gignet est sortie de ses gonds. Rouge de colère, d’un geste sans équivoque, elle désigne la porte de la classe bien ancrée dans ses gonds, elle. Suivi de Steve, le délégué, Julien sort de la classe et se dirige droit vers le bureau de la vie scolaire. Alexandre et Étienne, les deux assistants d’éducation qui travaillent ce jour-là, vont le prendre en charge. Julien aura même droit à un petit sermon de Monsieur Gradut le conseiller principal d’éducation.

 

A l’école.

 

Émeric n’est pas disposé à travailler ce matin. Il embête ses voisins, crie dans la classe, se lève sans permission. Quand il donne un coup de pied dans la corbeille à papier, c’en est trop. D’un geste sans équivoque, Madame Chifflet, la maîtresse, désigne la porte de la classe. Pas de chance pour Émeric, on est mardi. Le mardi est le jour de décharge de Madame Liautet, la Directrice. Romain, l’élève de service, accompagne alors Émeric dans le bureau de la Directrice.

Quand Romain revient en classe, il explique à Madame Chifflet :

- La Directrice était en réunion. Mais Virginie a dit qu’elle le gardait à côté d’elle en attendant qu’elle revienne.

 

Virginie, elle est AAD (Aide Administrative à la Direction de l’école). Elle est là pour aider Madame Liautet dans ses tâches administratives pour la gestion de l’école.

 

Au collège :

 

Depuis que le collège est équipé d’un nouveau logiciel au top. Étienne et Alexandre, les deux assistants d’éducation n’ont même plus besoin de se déplacer dans les couloirs pour recenser le nom des absents du jour. Les enseignants le notent directement sur le poste informatique de leur classe. Même plus besoin pour les deux jeunes hommes de téléphoner aux familles des enfants dont l’absence n’est pas justifiée. Un sms les avertit automatiquement. Si les parents ignorent l’absence de leur enfant, ils se manifesteront bien assez tôt.

 

A l’école.

 

Virginie fait sa tournée matinale et quotidienne. Elle arrache le post-it collé vers la porte de chaque classe pour se constituer la liste des absents. Bien-sûr, comme chaque matin, cet étourdi de Monsieur Touret n’a pas collé son post-it. Elle frappe à la porte de sa classe, puis l’ouvre. Les enfants la saluent en cœur, elle leur sourit et monsieur Touret se tape le front en griffonnant rapidement le nom des absents sur un papier. Dans le couloir, Virginie rougit en pensant que le beau maître des CM1 fait exprès de ne pas coller son post-it.

De retour à son bureau, elle s’arme du téléphone et appelle les familles des absents. Mélanie, la Directrice, lui a dit que grâce à elle, on pouvait lutter efficacement contre l’absentéisme. Et que recevoir un coup de fil tous les matins pour justifier l’absence de leur enfant, responsabilisait certaines familles. Virginie est fière de la pierre qu’elle porte à l’édifice de l’éducation.

 

Virginie a trouvé ce travail grâce à Pôle Emploi qui lui a proposé ce Contrat Unique d’Insertion.

 

 

Au collège

 

Monsieur Panier, documentaliste, est tombé sur une très intéressante série de BD à très bas prix lors d’une brocante, dimanche dernier. Cela permettrait de renouveler les vieilleries du CDI. Il sait que pour débloquer les fonds nécessaires, c’est plutôt compliqué. Mais heureusement, il est bien copain avec Monsieur Lunel, l’intendant du collège. Il lui donnera sûrement un coup de main pour éviter légalement les méandres de l’administration.

 

A l’école

 

Mélanie a laissé une note ce matin sur le bureau de Virginie. « Salut Virginie. Peux-tu recalculer les dépenses de chaque classe et calculer l’argent restant sur le budget de l’année. Merci de faire ça pour ce soir. Les budgets ne sont attribués que jusqu’à la fin de la semaine et il faudrait qu’on passe commande avant. On aurait besoin de renouveler les livres de la BCD. Merci Virginie ! PS : Tout est dans le dossier bleu. ». Virginie adore les chiffres. Elle adore tapoter sur la calculatrice des sommes qu’elle trouve astronomiques et qui la font un peu voyager.

 

Virginie a un contrat de 20 heures. Chaque mois elle touche environ 600€.

 

Au collège

 

Le père de Sanah sonne au portail du collège. Un « oui ! » métallique surgit de l’interphone. Il explique à Monsieur Magnin, l’agent d’accueil du collège qu’il doit emmener sa fille chez l’orthophoniste. Il précise sa classe et Monsieur Magnin lui ouvre le portillon. Quand le père de Sanah se présente vers la loge de Monsieur Magnin, celui-ci a déjà prévenu la vie scolaire et trois minutes plus tard, Étienne, l’assistant d’éducation, arrive avec Sanah.

 

A l’école

 

La mère de Lucie sonne à la porte de l’école. Elle patiente quelques secondes le temps que Virginie vienne lui ouvrir. « Ah oui, le rendez-vous chez l’orthophoniste !! Je vais chercher Lucie ». Elle grimpe à l’étage et se recoiffe machinalement avant d’arriver devant le classe de Monsieur Touret. La porte est ouverte et, dès qu’elle l’aperçoit, Lucie se lève. Monsieur Touret lui fait un signe de tête et Lucie sort de la classe. Virginie l’accompagne alors jusqu’à la sortie où sa mère l’attend.

 

Virginie est un peu inquiète depuis la rentrée. Elle a entendu parler dans les médias de la fin des contrats aidés. Son contrat prend fin dans 2 mois. Elle pensait pouvoir le renouveler car sa situation le lui permettait. Mais maintenant, rien n’est moins sûr.

 

Au collège

 

Monsieur Luchon, le principal du collège, relit le texte que Madame Gaillard, sa secrétaire, lui a envoyé la veille. Tiens justement, la voilà ! C’est bon, il valide. Maintenant il faut l’imprimer, le photocopier et le distribuer à chaque prof principal. Merci Madame Gaillard.

 

A l’école

 

C’est mardi. Mélanie est déchargée aujourd’hui. Pendant qu’elle prépare l’ordre du jour du conseil d’école, Virginie tape, imprime et découpe au massicot quelque deux cents petits mots que les enseignants devront distribuer demain. C’est à propos du cross des écoles, pour informer les parents.

 

Virginie a fini sa journée. Elle repart sur son vélo après avoir salué les enfants du périscolaire qui passait devant elle. Hier, elle a appris que son contrat ne serait pas renouvelé, que le jeudi 23 novembre serait son dernier jour. Elle pense alors à tout ce qu’elle faisait dans cette école. A toutes ses missions au sein de l’établissement. Elle adorait tout ça. La paperasse, le contact avec les gens, les enfants. Elle avait l’impression d’être utile. Pour Mélanie, la directrice, pour les enseignants aussi. Et même pour les élèves et leur famille.

 

A midi, l’équipe enseignante et quelques parents d’élèves ont improvisé une petite réunion pour parler de la fin du contrat de Virginie. En écoutant chacun prendre la parole à propos de l’absurdité de cette mesure, elle a pris conscience de toute l’importance qu’elle avait dans l’école. Que sans elle, bien des difficultés dans l’organisation de l’établissement apparaitraient. C’est Monsieur Touret qui était le plus en colère. Il parlait de pétition, de blocage, d’actions. C’est normal, il est délégué syndical. C’est pour ça qu’il prend sa défense. Pour rien d’autre.

 

Sur son vélo, Virginie pense à son avenir. Elle se promet d’être optimiste et positive. Ce contrat était une aubaine à une période de sa vie un peu compliquée. Il lui a permis de remettre le pied à l’étrier. De lui faire une petite expérience professionnelle.

 

Alors comme elle s’est promis d’être optimiste, elle appuie sur les pédales et elle pense à ces deux dernières années. Elle suit la ligne blanche de la piste cyclable et imagine déjà celle qu’elle ajoutera à son CV dans deux mois.

 

2015-2017 : Emploi d’Aide Administrative à la Direction dans une école. Un peu assistante d’éducation, un peu intendante, beaucoup secrétaire et agent d’accueil.

Emploi...aidé ou aidant ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Tévélis
commenter cet article

commentaires

Marie 15/10/2017 16:09

Merci à toutes les Virginie rencontrées jusque là et que je regrette tant au quotidien. J'espère un vrai retour en arrière sur ces emplois (et une revalorisation salariale tant qu'on y est ...)

Puygrenier 14/10/2017 12:23

Une honte !!! Alors que justement, ça demanderait une vraie professionnalisation...

Un Prof À L'envers

  • : Un prof à l'envers
  • : Jean Tévélis, professeur de écoles, raconte ses aventures dans ce blog avec des billets remplis d'humour, d'enfance et de vécu...
  • Contact

Le livre (cliquez sur l'image)

La page Facebook

Du même auteur

Catégories