Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2016 3 24 /08 /août /2016 07:09

Qu’elle est étrange cette dernière semaine de vacances !

Du soleil plein le ciel, mais on reste cloîtrés à la seule lumière de notre écran d’ordinateur. Des grasses matinées jusqu’à des 7h30 pour se remettre dans le rythme. Des veillées tardives qui nous permettent tout juste de voir le JT et la météo. L’esprit libre mais quand même encombré par des nouveaux programmes.

En somme, toujours les vacances mais plus vraiment les vacances.

Il suffit de regarder notre page d’actualités sur Facebook. Les belles photos de famille sous le soleil sur lesquelles la seule trace de tracas pouvait se traduire par « Serai-je assez bronzé pour me la jouer au retour de vacances ? » ont progressivement été remplacées par de terrifiants appels de détresse tout droit issus des page de profs auxquelles nous sommes abonnés : « Help, j’ai un enfant autiste dans ma classe à la rentrée », « Help, j’ai des petites sections, dois-je autoriser la tétine à la sieste ? », « Help, j’ai une classe de 36 élèves à quatre niveaux, dois-je démissionner ? », « Help, j’ai passé le concours pour les vacances mais elles sont déjà terminées. »…

Oui, certes, je parle de la dernière semaine pour mon cas et celui de beaucoup d’autres, mais je sais que certains d’entre nous ne se sont accordés que le temps du trajet jusqu’à chez eux après le dernier jour de classe pour décompresser. Et qu’ils se sont remis au boulot dès le 5 juillet à 17h juste après avoir goûté, pour préparer au mieux leur prochaine année scolaire.

Une, deux ou huit semaines. Chacun son rythme.

La plupart des gens pensent que la journée de prérentrée suffit aux enseignants pour organiser leur année.

Pour refaire son emploi du temps. Pour trouver d’autres rituels. Un autre système de sanction. Pour changer totalement sa méthode en mathématiques. Pour s’approprier les encore nouveaux programmes. Ou un nouveau niveau. Pour ranger sa classe. Préparer les cahiers. Les progressions. Les affichages.

Moi aussi, au début de ma carrière je pensais comme eux. J’espérais avoir assez de 6 heures pour faire tout ça. Mais je me suis rendu compte qu’il était plus facile de d’enfiler un cheeseburger entier dans ma bouche que toutes ces tâches dans la journée de prérentrée. Et depuis, que j’ai vu qu’un Gallois s’était étouffé en voulant manger un cheeseburger en une seule bouchée, je commence à manger le mien une semaine avant la rentrée.

Parce que la journée de prérentrée, c’est un peu la dernière journée de vacances. C’est un peu la surcompensation du sportif. Après un entraînement intensif, il faut un temps de repos juste avant la compétition pour être au top de sa forme.

A la prérentrée, on boit un café et quelques viennoiseries, on remplit des plannings pour organiser le fonctionnement de l’école, on déballe les dernières commandes et on ajuste un peu le mobilier de sa classe. Que du light pour se ménager pour la grande journée qui suit.

Pour moi cette année, c’est un peu particulier. J’ai changé de département et n’ai obtenu ma mutation que mi-juillet. Ce qui veut dire que je suis, actuellement et jusqu’au 30 août, sans poste.

J’ai le privilège (ou la malédiction) d’être encore en vacances. Vous vous souvenez ! Comme les deux ou trois premières années, lorsque jeunes enseignants nous n’avions pas assez de points pour obtenir un poste au premier et deuxième mouvement.

Me voilà, pour cette dernière semaine de vacances, l’esprit complétement libre. J’ai bien lu un résumé des nouveaux programmes, comme ça, en dilettante, sans trop m’investir intellectuellement, ne sachant pas quel niveau je retrouverai à la rentrée. J’ai aussi rangé mes documents sur mon PC et fait une sauvegarde de ma clé USB (parce que l’année dernière je me suis maudit une demi-douzaine de fois de ne l’avoir pas fait, chaque fois que, en sueur, je cherchais ma vie, mon précieux, ma clé USB dans le bazar de mon organisation).

Mais voilà, maintenant je tourne en rond. Alors, je prends le soleil, je me baigne, je bouquine et je fais des mots croisés et des sudoku géants pour entretenir mon brain. Je m’occupe de mes enfants et je vais cueillir des mûres pour faire des confitures.

Bref, je profite des vacances.

L’esprit libre.

Enfin, presque libre.

Parce que quand même, deux petites questions de rien du tout qui me turlupinent un tantinet.

Où serai-je et que ferai-je à la rentrée ?

Dans quel coin reculé de mon beau département devrai-je conduire ma carcasse chaque matin pour enseigner ?

Et d’ailleurs, à qui enseignerais-je ? Serais-je adjoint en maternelle, en élémentaire, dans quel niveau, un double niveau, ou plus, directeur, dans un commune isolée, en REP ou REP+, maître E ou G, en clis ou en UPI, en SEGPA, éducateur en EREA, en IME, ZIL, Brigade, remplaçant ASH, ZIL en REP+ ou maître supplémentaire, en surnombre, décharge de directeur, ou titulaire de secteur…

Le burger, on ne va pas m’obliger à l’engloutir d’un seul coup, on va juste m’imposer lequel je devrai manger quotidiennement pendant un an. Pas que je sois difficile, mais parmi cette large diversité de hamburgers, il y en a un paquet que je n’ai jamais goûté.

Et quand même, j’appréhende.

L’esprit libre

Partager cet article

Repost 0
Published by Tévélis
commenter cet article

commentaires

Made in Mum 13/09/2016 18:55

Alors, quel classe ? quel niveau ??

Tévélis 26/09/2016 16:10

Un CP comme l'an dernier dans le même type d'école que l'an dernier à quelques minutes à vélo de chez moi. Parfait ! Merci de t'en être inquiétée.

Mag 24/08/2016 19:50

Et moi j'adorerais que tu sois en surnombre dans ma classe Jeff, euh devrais-je dire école, car j'y effectuerai un fuck*** remplacement de congé mat, seule avec 3 niveaux et la direction!!!! Je rentre de ce petit village et je viens de comprendre que le CE2 était passé cycle 2 et que je vais devoir abandonner mon Maxime Chattam pour 51 put*** de pages de nouveaux programmes !!!!! bouhouhou

Tévélis 25/08/2016 07:44

Ça m'irait bien aussi et ce serait plutôt marrant. Je me dis que de retour par ici, je tomberai sans doute dans l'école de quelqu'un que je connais. Pourquoi pas toi, Mag ? Alors à mercredi ;) .

Je Rêve 24/08/2016 19:41

Bon ben non alors, l'Allier n'est pas loin et tout aussi "champêtre" (moins montagneux !) mais nous ne serons pas collègues (tant pis) (rhooo, la chorale avec la guitare ç'aurait été cooool !)
C'est chouette que tu aies pu obtenir le département souhaité, moi je reste ici, j'y suis bien, et pas loin de ma Bourgogne natale.

Je Rêve 24/08/2016 09:57

OOooooh... comme j'adorerais que tu sois nommé chez nous ! je ne sais pas dans quel département tu as été nommé, mais... ce serait chouette, nan ?
Nous on attend impatiemment la nomination du/de la 3ème collègue, on le/la plaint sincèrement de ne pas pouvoir s'organiser avant, pas avant le 30 août... et de stresser, tous ces hamburgers...
Bonne fin de vacances, savoure ! (perso je n'ai pas la tête au boulot, on organise une grosse fête pour ma maman alors les nouveaux programmes, heu... hahem hahem !!)

Tévélis 24/08/2016 10:00

Je suis dans le Doubs. Je reviens dans mon département d'origine après 11 ans d'absence.
Bonne grosse fête à toi.

Un Prof À L'envers

  • : Un prof à l'envers
  • : Jean Tévélis, professeur de écoles, raconte ses aventures dans ce blog avec des billets remplis d'humour, d'enfance et de vécu...
  • Contact

Le livre (cliquez sur l'image)

La page Facebook

Du même auteur

Catégories