Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 12:15

Il y a quelques jours je me suis rendu au bureau de Poste de ma ville pour y poster une lettre. Je suis entré un peu fébrile avec ma missive à la main car, étant malade dans les virages, j’ai toujours peur d’avoir des nausées dans les queues en serpentin.

Fort heureusement, cela ne m’est encore jamais arrivé de vomir dans la file d’attente d’un bureau de Poste. C’est, je crois, dû à la lenteur excessive de progression. L’oreille interne ne perçoit même pas les changements de direction.

Toujours est-il que ce jour-là, la file d’attente vide et rectiligne m’amène directement devant une guichetière inoccupée à qui je tends ma lettre et un sourire en lui demandant poliment un affranchissement économique. Sur quoi, elle me répond tout aussi poliment :

- Il y a une machine juste là.

- Euh oui, mais je n’ai pas de monnaie.

- Elle prend la carte.

- Non mais je veux dire que j’ai un billet et je ne crois pas que…

- Si si… vous passez déjà à la machine qui fait la monnaie avec votre billet et ensuite à la machine à affranchir.

- Bon ben au revoir.

- Au revoir bonne journée.

- Merci ! Vous aussi.

J’ai failli ajouter :

- Et qu’on ne vienne pas nous emmerder dans cinq ans avec une opération escargot des guichetiers de la poste qui ont peur pour leurs emplois et qui se plaignent d’être remplacés par des machines

Mais je n’ai pas eu le cran et je me suis dirigé vers la machine à faire de la monnaie puis vers celle à affranchir.

Le soir même, j’avais dans ma boîte mail professionnelle un rappel sur le planning des formations pédagogiques et sur M@gistère, le copain de l’inspection qui nous forme à distance.

Au lieu de se retrouver un soir après l’école avec une bande de collègues de la circonscription, on reste chacun chez soi derrière nos ordinateurs à faire semblant de faire défiler le menu de la formation et à faire semblant d’ouvrir les liens et les vidéos, au cas un robot espion de l’Inspectrice contrôlerait la durée de connexion et l’activité de chacun de nous sur le site. Ensuite, on répond à un quizz en s’aidant largement de Google, un peu comme les auditeurs des Grosses Têtes de Ruquier, mais sans la pression de Florian Gazan qui répond trop vite.

Puis, on nous invite à mettre en œuvre en classe une séance ou une séquence en rapport avec le thème choisi cette année.

Enfin, nous sommes convoqués à une ultime réunion avec quelques collègues du même cycle pour confronter nos expériences et nos mises en œuvre récentes. Cette dernière partie est dite « en présentiel ». Quel joli mot ! Un néologisme apparu sans doute en même temps que son contraire : « formation à distance ».

Cette année, ils ont poussé le bouchon un peu plus loin et les mises en commun vont s’effectuer en classes virtuelles. Pour notre école, il s’agit de communiquer avec une école située à moins d’un kilomètre de chez nous, par ordinateur. Un Skype, mais en un peu moins fun. Certes, un kilomètre, c’est bien plus long que la distance séparant la guichetière de la machine à affranchir mais le principe est le même : éviter tout contact humain.

Il ne me tarde pas que cette mode du « à distance » apparaisse dans nos classes, qui d’ailleurs ne serviront plus à rien.

Les premières années, nous les enseignants, nous seront encore utiles. Quand un élève viendra devant notre bureau avec ses questions, nous jouerons le rôle de la guichetière inoccupée.

- Maître je voulais savoir si…

- Il y a une machine juste là.

- Oui, mais…

- Tu n’as pas de monnaie ? T’inquiète, c’est encore gratuit l’école.

- Bon ben au revoir.

- Et n’oublie pas de passer par la machine à corriger avant de sortir.

Puis, les élèves prendront le pli de se diriger eux-mêmes vers la machine sans passer par la case bureau. Alors le gouvernement aura raison de supprimer tous les postes d’enseignants inutiles et ce n’est pas une vulgaire opération escargot qui sauvera nos emplois.

Les plus doués en informatique bénéficieront d’une formation et ils garderont un pied dans la maison Education Nationale en devenant programmateur de machine à enseigner. Ils se sentiront encore utiles mais regretteront tristement les méthodes d’enseignement à l’ancienne.

Devant leurs ordinateurs, ils regretteront l’agitation quotidienne d’une classe vivante. Ils regretteront le sourire de Zoé qui a enfin compris comment comparer les nombres décimaux. Ils regretteront de ne pas pouvoir inventer une machine qui tiendra la main de Walid pour la guider au mieux dans la réalisation de la boucle finale de son f. Ils regretteront les échanges, les pleurs, les rires, les dessins, les cris, les chuchotements, les bruits, les silences, les fermetures Eclairs à remonter, les lacets à dénouer…

Bref ils regretteront tout ce que la distance leur aura volé.

A distance

Partager cet article

Repost 0
Published by Tévélis
commenter cet article

commentaires

personne 14/11/2016 06:01

C'est tellement vrai, et le phénomène se répand. A Pole-Emploi, ça devient difficile d'avoir à faire à une personne, le site internet est là pour décharger au maximum les agents. Le principe peut être utile, mais lorsqu'il est nécessaire de rencontrer quelqu'un pour avoir des infos ou pour comprendre une situation, c'est un vrai chemin de croix.

Même dans les métiers de l'informatique, on remplace au maximum le relationnel utilisateur/tech de proximité par utilisateur/hotliner (plus de réel contact, distanciation et anonymisation de la relation, utilisateur seul avec son stress et appauvrissement de la relation de confiance).

Enfin bon, pour votre postière, la prochaine fois, rendez-vous directement à la machine et appelez-la depuis votre portable pour avoir un conseil d'ordre technique... tant qu'à faire, autant aller jusqu'au fond de l'idiotie du système ;-)

Pier-Paolo 16/03/2016 21:23

On vit dans le numérique 2.0, voire 3.0. Quand on en sera à 7 ou 8.0, les politiciens et les décideurs, se rendront compte qu'il y a de nombreux domaines ou l'aspect relationnel fait une énorme différence - que dire de la pédagogie où la relation est constitutive du concept même. Alors il inventeront la vie 9.0 pour parler de nouvelles relations humaines et feront mine de croire que c'est une nouveauté, que dis-je, une révolution, alors qu'il ne s'agira que de la réintroduction de ce qu'ils avaient eux-même si vite mis à la poubelle dix ans auparavant !

sisoua 08/03/2016 19:52

Mais vous n'êtes certainement qu'un vieux dinosaure qui n'y connait rien à l’informatique et ne sait même pas ce qu'est un blog... Prenez un peu de distance avec tout ça !!!
La bactérie pré-dinosaurienne que je suis vous précède dans vos propos comme dans l'évolution de l'espèce et espère que les dinosaures continueront d'ouvrir bien grand leur grandes gueules avant la disparition de l'espèce... Et que vive le mammouth et sa légendaire inertie...

Un Prof À L'envers

  • : Un prof à l'envers
  • : Jean Tévélis, professeur de écoles, raconte ses aventures dans ce blog avec des billets remplis d'humour, d'enfance et de vécu...
  • Contact

Le livre (cliquez sur l'image)

La page Facebook

Du même auteur

Catégories