Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2016 3 13 /01 /janvier /2016 11:36

1. Arrêter de jouer à Candy Crush pendant les évaluations.

Pour plusieurs raisons. Déjà parce que ce jeu est interminable. Il compte actuellement 1430 niveaux et 15 nouveaux niveaux apparaissent chaque semaine. Un peu comme le nombre de disciplines à enseigner à l’école qui se multiplient à l’infini au fur et à mesure du temps et qui rend les programmes scolaires de plus en plus interminables.

Et puis aussi parce que quand on a les yeux fixés sur notre smartphone, les copies des élèves ont une légère tendance à s’uniformiser.

2. Ne plus stigmatiser une partie de la population scolaire.

Une étude récente a montré que les enseignants hommes âgés de 25 à 60 ans avaient une fâcheuse tendance à stigmatiser une certaine partie de leurs élèves. Il s’agit d’un harcèlement proche de l’acharnement qui se traduit par un nombre de convocations injustifiées excessif des mamans des élèves stigmatisés. Rien à voir avec leur origine, leur religion ou leur couleur de peau. Ni même avec leur attitude ou leur travail scolaire, même si c’est le prétexte avancé par les dits enseignants pour convoquer les parents. Non, l’étude montre que le nombre de convocations augmente proportionnellement au tour de la poitrine de la maman et inversement proportionnellement à son tour de taille.

3. Ne plus stigmatiser une partie des disciplines scolaires.

« Maître, c’est écrit quoi, là ? ». Inès pointe du doigt un mot de l’emploi du temps affiché dans la classe. Devant notre hésitation, elle insiste : « Les autres mots, je les ai tous lus ! Français, mathématiques, calcul, découverte du monde…tout ça, c’est écrit dans nos cahiers, je les ai reconnus. Mais ce mot-là, je n’arrive pas à la lire… A aane anegelaïsse ! »

- Ben justement ! C’est une matière surprise qu’on ne fera que quand vous saurez lire le mot…héhé ! Voilà ! Et tu ne t’en rends pas compte, mais chaque jour on en fait un peu de cette matière.

- Ah bon ?

- Yes ! Allez, go ! Retourne à ta place.»

4. Anticiper sa préparation de classe.

Fatigué d’être à l’arrache ! Stressé de la pression qu’exerce sur vous votre propre manque d’organisation. Blasé d’attendre votre tour à la photocopieuse en trépignant d’impatience, scrutant sans cesse les aiguilles de l’horloge qui vous rapprochent, à chaque tic tac, de la fin de la récréation alors que votre collègue prend son temps et vous annonce enfin, grand prince et un peu donneur de leçon, « Vas-y, je te laisse la place… MOI, c’est pas urgent, MOI. C’est pour la rentrée 2017 ! ». Prenez-vous en main ! Achetez un agenda et mettez-vous au boulot !

5. Lâcher prise.

Fatigué de tout prévoir ! Stressé, la veille des vacances, à l’idée de reprendre le boulot dans déjà 2 mois. Blasé de toujours arriver le premier à la photocopieuse et de vous faire bousculer par votre collègue pressé qui regarde par-dessus votre épaule avec son haleine de poney et qui constate amèrement, « Vas-y ! Laisse-moi la place, fais pas le crevard ! Je vois bien que c’est des trucs pour dans 6 mois ! ». Lâchez prise ! Invitez les aléas, l’improvisation et la poésie dans le déroulement de vos séances.

6. Se mettre aux pédagogies innovantes.

Allez, dès la rentrée de janvier, on s’y met. La pédagogie inversée, la construction de scénarios pédagogiques, la pédagogie explicite, l’apprentissage hybride, fortuit ou incarné. La totale, quoi. On brûle le BLED éditions 1963 et on fabrique nous-mêmes nos outils à partir de toutes ces démarches innovantes. Et tient, pendant qu’on y est, soyons fous… inscrivons-nous au Café Pédagogique.

7. Se désinscrire du Café Pédagogique

Le café y est trop froid, la bière y est trop chaude, les toilettes sont trop propres et la serveuse, loin d’être sexy, ressemble trop à Maria Montessori.

8. Ranger sa classe.

Rassurez-vous, ce n’est pas une bonne résolution annuelle. Sinon, le rangement risque d’être long et parsemé de quelques surprises :

« Oh Stevie ! Qu’est-ce que tu fais là ? C’est gentil d’être passé me dire bonjour ? Tu dois être en quatrième maintenant, c’est ça ? »

- Euh non, en fait j’étais juste là, dans votre classe. Vous m’aviez puni il y a 6 ans. Et après je me suis retrouvé coincé entre une pile de cahiers non corrigés, une station météo en polystyrène, un rétroprojecteur rouillé et la balance de Robert Hue !

- Roberval, Stevie ! Allez, file au collège, tant pis pour le palier 2.

C'est une bonne résolution quotidienne. Mais comme elle me prend encore trop de temps chaque soir, je me promets de ranger au fur et à mesure le lendemain. Peine perdue.

9. Encourager, féliciter chaque jour.

C’est prouvé et logique, le compliment agit comme un booster sur la confiance en soi, et la confiance en soi sur les performances scolaires. Alors, même Amine le chouineur a le droit à son compliment dans la journée : « C’est bien Amine, tu n’as pleuré que 7 fois aujourd’hui. Je suis fier de toi ! ». Même pour Louane la boxeuse, on peut trouver quelque chose à dire « Bravo Louane, tu as pensé à dire à Calvin d’enlever ses lunettes avant de lui exploser le nez. La MAE te remercie. »

Ces compliments, on peut même les recycler. Alors à notre collègue dépressive, on pourra dire « C’est bien Amine Josiane, tu n’as pleuré que 7 fois devant tes élèves aujourd’hui. Je suis fier de toi ! ».

10. Décider encore et encore d’autres bonnes résolutions.

Ne nous limitons pas à la nouvelle année. Dans notre métier, nous avons la chance de redémarrer une année en septembre. C’est pour nous une autre occasion de prendre des bonnes résolutions. Et puis il y a toutes les petites rentrées après chaque période de petites vacances. Et les débuts de semaine aussi, pour repartir sur de bonnes bases le lundi matin.

Alors pour progresser encore et encore, jalonnons chaque nouvel instant de bonnes intentions et de désir de mieux faire.

Bonne année ! Bonne rentrée ! Bonne semaine ! Bonne journée !

Et dans cette myriade de bonnes résolutions, peut-être en tiendrons-nous au moins une.

Le top 10 des bonnes résolutions quand on est prof !

Partager cet article

Repost 0
Published by Tévélis
commenter cet article

commentaires

Lilou 08/02/2016 10:15

Arrêter de jouer à Candy Crush, de vérifier son facebook/instagram/twitter ;) Dur, dur, ce début d'année!
Excellent "billet", en tout cas.

Un Prof À L'envers

  • : Un prof à l'envers
  • : Jean Tévélis, professeur de écoles, raconte ses aventures dans ce blog avec des billets remplis d'humour, d'enfance et de vécu...
  • Contact

Le livre (cliquez sur l'image)

La page Facebook

Du même auteur

Catégories