Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 19:38

Vendredi 29 mai. L’urgence. J’ai complètement oublié que je devais aller au théâtre ce matin. Me voilà contraint de faire le pied de grue devant l’école pour alpaguer le premier parent venu et lui proposer de nous accompagner. La première, c’est la maman de Shem’s. Je lui explique la situation en m’excusant platement de la prévenir si tard, ne lui cachant pas que j’en suis l’étourdi fautif.

De nature un peu taquine, elle glousse et me lance :

- Ça sent les vacances ?

Le 29 mai ! Les vacances ! Quelles vacances ?

Celles de Pâques sans doute. Elles ne sont pas si loin. A peine trois semaines et quelques jours fériés pour la zone B. Mais en général, les vacances terminées ne sentent plus rien. Juste le chocolat. Une oreille de lapin pas terminé dans un sachet plastique qui traîne au fond du placard et dont l'odeur rance nous saute au nez dès qu’on met la tête dedans pour y chercher les biscottes.

Elle parle peut-être des grandes vacances. Mais alors, quel odorat !

Qu’est-ce que ça peut sentir les grandes vacances quand on est seulement le 29 mai ? Le melon pas mûr, le sable froid et mouillé, le moisi du grenier où croupit notre tente Décathlon, la friture de chichis qui stagne dans la casserole depuis plus de 9 mois. En tout cas, pas la crème solaire muselée par l’opercule en plastique qui attend patiemment dans les réserves des supermarchés.

Une fois la maman partie, je hume l’air alentour pour me faire une idée précise de ce qu’elle a voulu dire. Mais la seule odeur que je perçois est celle du poireau.

Whaouou ! Quel odorat j’ai aussi ! Je peux sentir jusqu’aux vacances de la toussaint ! Celles qui sentent un peu la soupe.

Puis Monsieur Janti passe un peu plus loin et me salue dans un grand mouvement de bras. Très matinal, il exhibe déjà une énorme auréole sous l’aisselle du bras qui s’est levé et je comprends d’où vient l’odeur de poireau. Car dans mon petit carnet des odeurs j’ai noté cette correspondance : la transpiration sent le poireau. J’ai aussi noté : l’éternuement sent le miel.

Mais il n’y a aucune vacance qui sent le miel. C’est la retraite et les tisanes au coin du feu qui sentent le miel. Enfin, c’est ce que je croyais avant. Avant que mes parents soient en retraite. Maintenant j’ai une autre idée de l’odeur de la retraite. Ça sent les pneus usés par les kilomètres pour sillonner la France. Ça sent le fart en plein hiver et le vin du Jura avec les amis. Ça sent un peu les couches des petits enfants (mais elles sentent bon, celles-là). Maintenant j'ai compris qu'en retraite, ça ne sentait pas encore le sapin. Peut-être ceux du Haut-Doubs, mais pas ceux des cercueils.

Mais pour moi, la retraite est encore loin, nous ne sommes que le 11 juin.

Et le 11 juin, le melon a mûri, le sable a séché et la crème solaire est sortie de sa réserve. Alors les capteurs olfactifs super développés de nos élèves commencent à être titillés par ce somptueux mélange d'odeurs. Des effluves qui ne sentent pas encore les vacances mais qui hument bon le sapin frais du cercueil de l'année scolaire bientôt défunte.

Et pendant les trois semaines suivantes, ces prémices d'odeur qui ne sont encore qu'une vague impression quand le soleil brille un peu plus fort dans la cour de récré, vont se concentrer pour devenir au début de juillet, un parfum entêtant aux fragrances explosives. Un extrait d'indolence. Une essence de bonheur au relents d'insouciance.

Un odeur de vacances, quoi.

Pour ma part, chaque année, la rhinite allergique saisonnière me prive de tous ces plaisirs sensoriels. Les seules odeurs que m'apporte le mois de juin sont celle de la menthe synthétiques des Kleenex qui m'irritent le nez à longueur de journée et celle du Vicks Vaporub dont je me oins le torse et la moustache avant d'aller dormir.

Alors, vous qui avez les orifices naseaux bien débouchés, pour moi, fermez les yeux, inspirez et profitez ! Ça sent presque les vacances.

Ça sent les vacances

Partager cet article

Repost 0
Published by Tévélis
commenter cet article

commentaires

Je Rêve 13/06/2015 21:52

Ça sent... le plastique des baudruches que j'ai passé la matinée à gonfler, la lingette démaquillante pour maître Yoda débarbouiller, la laque sur les macarons de Leia... ça sent la transpiration d'enfant dans les sacs d'habits ramassés en vrac, on triera lundi, ça sent la gourmande odeur des crêpes devant lesquelles il y avait une longue file d'attente, ça sent la bière partagée ensuite avec les parents d'élèves... Et là ça sent trèèèèèèèès fortement le menthol de la crème pour soulager les jambes lourdes dont je viens de m'enduire copieusement les chevilles !
(et ça va très très bientôt sentir ma taie d'oreiller...)

Un Prof À L'envers

  • : Un prof à l'envers
  • : Jean Tévélis, professeur de écoles, raconte ses aventures dans ce blog avec des billets remplis d'humour, d'enfance et de vécu...
  • Contact

Le livre (cliquez sur l'image)

La page Facebook

Du même auteur

Catégories